Les adeptes de ski de fond ont eu droit à d’excellentes conditions jusqu’à maintenant pour un mois de décembre. Ça pourrait toutefois se gâter dans les jours à venir. Sur la photo, le président du club Mauriski, Dominic Chartier, ainsi que l’un des entraîneurs du club, Étienne Lavoie-Trudeau.

Les fondeurs se croisent les doigts

Trois-Rivières — Le cocktail météo qui s’abattra sur la région dans les heures à venir risque de faire passablement de dommages pour les adeptes des nombreux sports d’hiver, dont les fondeurs, qui avaient pourtant eu beaucoup de chance depuis le début de la saison.

La neige et le temps froid qui a suivi ont permis aux amoureux du ski de fond de renouer avec les sentiers plus tôt que prévu. «Nous avions au moins deux ou trois semaines d’avance, c’était tout un cadeau», convient l’assistant entraîneur au club Mauriski de Trois-Rivières, Kevin Lantz, avant une séance de ski dans les boisés d’Énergie CMB.

«Nos compétitions commencent en janvier et s’étalent jusqu’en mars. Par contre, pour l’entraînement, c’est certain que c’est un avantage de pouvoir commencer aussi tôt. D’ailleurs, à ce temps-ci de l’année, nous ne sommes pas habitués à skier sur une neige d’une telle qualité.»

Mais voilà, les dizaines de millimètres qui devraient tomber sur une bonne partie de Québec pourraient saboter tout le travail effectué jusqu’ici. «Ça peut causer des problèmes. Ce sera plus difficile de tracer la neige, surtout si ça gèle après. On va manger nos croûtes!»

Kevin Lantz, comme d’autres, se console en pensant que l’empreinte laissée par Dame nature juste avant Noël devrait se faire moins sentir dans le parc national de la Mauricie, où le club Skimau de Shawinigan lancera les festivités de la saison de compétitions, avec la phase initiale de la Coupe Le Yéti, lors du premier week-end de janvier.

D’ici là, le mercure aura peut-être baissé, ce qu’espèrent évidemment les fondeurs de la région, qu’ils soient compétitifs ou qu’ils s’adonnent à la pratique du sport de façon récréative.

Les sites pour skier sont d’ailleurs nombreux en Mauricie, de La Tuque à Trois-Rivières (piste cyclable, Énergie CMB et les sentiers Châteaudun) en passant par le secteur Grand-Mère à Shawinigan, les sentiers du Baluchon à St-Paulin ou encore le parc national, pour ne nommer que ceux-là.

Deux distinctions pour le Mauriski

Par ailleurs, le Mauriski de Trois-Rivières a reçu deux distinctions récemment de la part de Ski de fond Canada. Le club a reçu la troisième bannière parmi toutes les petites organisations au pays pour les meilleures progressions de ses athlètes durant la saison 2017-18. Il a aussi récolté la deuxième bannière pour l’amélioration la plus significative des résultats en compétitions.

«Une cinquantaine de clubs sont considérés comme des petits clubs au Canada, c’est donc tout un honneur pour nous», sourit le président Dominic Chartier, tout aussi confiant pour sa relève alors que les Jeux du Québec et les Jeux du Canada accapareront une partie de la préparation de certains fondeurs.