Le Rousseau-Royal vend chèrement sa peau depuis le début de la série.

Les Estacades ripostent

TROIS-RIVIÈRES — Nicholas Beauvilliers a complété un superbe jeu du jeune défenseur Tristan Luneau en troisième période, mercredi soir, pour lancer les Estacades de Trois-Rivières en avance, avance qu’ils ont su garder jusqu’au son de la sirène pour s’emparer du deuxième match de cette série, en vertu d’un gain de 4-3 sur le Rousseau-Royal de Laval-Montréal.

On s’attend souvent à ce que les meilleurs joueurs fassent la différence. Luneau a appliqué cette doctrine en endormant la défensive des visiteurs, contournant le filet avant de remettre habilement à Beauvilliers, qui n’a eu aucun mal à déjouer le gardien Francesco Lapenna.

Impérial la veille avec 59 arrêts, Lapenna a cédé quatre fois sur 30 lancers dans cette deuxième partie. Son vis-à-vis, Alexis Giroux, obtenait le départ pour Trois-Rivières. Après avoir accordé trois buts sur 13 lancers, ses entraîneurs ont décidé de le remplacer par Olivier Leclair. Celui-ci n’a eu à bloquer que trois lancers.

Au total de ces deux rencontres disputées sur la glace olympique du Complexe sportif Alphonse-Desjardins, les Estacades ont dominé le Rousseau-Royal 95-43 pour les lancers au filet.

C’est toutefois 1-1 dans cette série 3 de 5, qui se poursuivra à Montréal-Nord, vendredi et dimanche.

Coriace adversaire

Vu des gradins, les Estacades ont assurément plus d’habiletés que les joueurs de Laval-Montréal. Ces derniers vendent toutefois chèrement leur peau depuis le début de cette confrontation. Ils n’obtiennent pas beaucoup de chances de marquer, mais profitent de celles qui se présentent à eux. Mercredi, les quatre premiers buts de la partie (2-2) ont été marqués en avantage numérique.

Les réussites des Estacades sont venues des bâtons de Zachary Bolduc et Félix Landry. Bolduc a d’ailleurs obtenu un doublé dans la victoire, avant que son partenaire de trio, Beauvilliers, ne tranche le débat à mi-chemin du dernier engagement. Beauvilliers a été nommé la première étoile, Bolduc la troisième. «C’est un joueur physique, on est heureux pour lui. Ça s’est bien passé avec Bolduc et Pellerin, ils ont généré beaucoup de chances», observait le pilote en chef Frédéric Lavoie, littéralement sans voix au terme de cette soirée! «Une petite extinction, ça va passer.»

La fougue de ses adversaires ne surprend pas l’entraîneur. Il s’attendait à une telle opposition, même si une quarantaine de points séparaient les deux clubs au classement en saison. «Ils sont partis forts en début d’année, mais ils ont eu quelques blessés en cours de route. Il faut les respecter, avec les coachs qu’ils ont, ils sont en mission.»

Justement, dans l’autre vestiaire, l’entraîneur-chef Joey Bucci ne désespérait pas. La victoire arrachée en prolongation, mardi en ouverture de série, lui permet d’y croire. «Ils nous dominent sur le temps de possession par contre. On profite de nos occasions, sauf qu’il faudra en générer davantage si on veut gagner cette série», soutenait Bucci.