Les mines étaient déconfites au banc des Estacades après le filet vainqueur des Cantonniers.

Les Estacades ont tout donné

TROIS-RIVIÈRES — Un but en prolongation pour la conquête d’un championnat s’avère rarement une pièce d’anthologie. On en a encore eu une démonstration mercredi, devant 700 personnes au Complexe sportif Alphonse-Desjardins, où les Cantonniers de Magog ont éliminé les Estacades de Trois-Rivières, au terme d’un excellent match de hockey midget AAA.

Les Cantonniers ont remporté leur premier championnat depuis 2000 en battant les Trifluviens 3-2, alors qu’il ne restait que 32 secondes à écouler à la quatrième période. C’est Jacob Dion qui a eu l’honneur d’inscrire le filet en or. Un lancer dévié devant le gardien des locaux William Grimard, qui avait frustré plusieurs Cantonniers dans les minutes précédentes.
Cruel destin pour Grimard, appelé à se signaler autant que son vis-à-vis Rémi Poirier à mesure que la rencontre progressait.
Le but de Dion a fait bondir de leur siège les dizaines d’amateurs de Magog, qui avaient rempli deux autobus pour encourager l’équipe, en dépit des conditions météorologiques.
Du côté des Estacades, les visages étaient longs. Cette équipe ne méritait pas d’être balayée en finale, à l’instar de la cuvée de l’an dernier. En fait, le but réussi par Dion résume assez bien comment les matchs de cette série ont basculé en défaveur de Trois-Rivières.
À voir la qualité du jeu offert par les deux clubs, plusieurs partisans auraient pris deux ou trois rencontres de plus.
Zachary Bellefeuille et Vincent Sévigny, sur deux lancers de la pointe, ont marqué pour les Estacades. Les autres buts des Cantonniers ont été marqués par le franc-tireur par excellence du circuit Patrick Guay ainsi que Zachary Cadorette.

Hommage aux joueurs
L’entraîneur-chef des Estacades, Frédéric Lavoie, a rendu un vibrant hommage à ses joueurs en fin de soirée.
De sa brigade défensive, il retiendra le travail colossal effectué en dépit d’une infirmerie qui débordait. «Nous avons perdu trois défenseurs réguliers et un autre était incommodé par une gastro en finale. On avait deux gars réguliers en forme derrière», racontait-il.
Bien sûr, l’impossibilité de transformer les chances de compter aura coulé son club. En prolongation seulement, un poteau et des cages abandonnées. Pas de but pour provoquer une cinquième partie.
«On s’améliorait de match en match. Ça aurait pu tourner en notre faveur.»
Mais voilà, c’était l’année des Cantonniers, la formation championne du calendrier régulier et des séries. C’est la plus jeune équipe de la ligue qui a soulevé la coupe Jimmy-Ferrari sur la patinoire du CSAD.
«Je suis vraiment content pour les jeunes. Nous sommes dans le midget AAA pour les faire maturer, tout cet honneur leur revient», mentionnait l’entraîneur magogois Félix Potvin.
L’ancien gardien de la LNH célèbre un premier championnat comme pilote. «Mon dernier comme joueur remonte au début des années 90 avec les Saguenéens de Chicoutimi», souriait Potvin, dont le club s’était incliné en finale, en prolongation il y a deux ans.
«Je comprends la déception des Estacades, surtout après leurs dix victoires en ligne.»

Une cuvée spéciale
À écouter Frédéric Lavoie, on comprend que la cohorte 2017-18 aura une place particulière dans ses souvenirs d’entraîneur.
«Ce fut un groupe facile à coacher, les vétérans donnaient l’exemple. On a failli finir au premier rang en saison et nous avons atteint la finale. Je pense qu’il y a beaucoup de choses positives à retenir.»

Carnet de notes
La finale aura permis de confirmer la réputation du défenseur des Estacades Vincent Sévigny. L’espoir des Tigres de Victoriaville n’a presque pas quitté la glace en prolongation et il a bien guidé son équipe en décochant plusieurs lancers dangereux.
«Il connaîtra une belle carrière chez les juniors», prédit Lavoie.
Son coéquipier Jacob Rabouin s’est aussi signalé en bloquant plusieurs tirs pendant la soirée. Le meilleur pointeur des Estacades, Mavrik Bourque, a terminé le match avec deux passes.