Le gardien des Estacades Benjamin Lajoie a été laissé à lui-même sur cette séquence qui a mené au but de Marco Cavalleri.

Les Estacades frappent un mur

Une équipe de hockey a beau avoir le meilleur plan de match, quand un gardien décide de se dresser devant elle, il n'y a rien à faire. C'est ce qui s'est produit vendredi soir au Complexe sportif Alphonse-Desjardins. Incapables de trouver une solution pour venir à bout du gardien Jonathan Lemieux, les Estacades se sont inclinés par la marque de 3-0 face aux Gaulois du Collège Antoine-Girouard.
Si les Gaulois se retrouvent en deuxième ronde, c'est en grande partie grâce à la tenue de leur portier, qui a signé un troisième blanchissage en quatre matchs éliminatoires, et ce, même si les Trifluviens ont décoché 37 tirs à son endroit. L'entraîneur-chef Frédéric Lavoie n'a pu que féliciter le gardien visiteur pour sa performance.
«Il connaissait de bonnes séries et il a amené ce momentum. Il a connu une grosse partie. C'est clair qu'il a été le meilleur joueur dans ce match et c'est à son honneur. Les Gaulois ont bien joué défensivement et ce sera à nous de trouver des moyens de marquer.»
Dans le camp adverse, Marc-André Ronda avait lui aussi de bons mots pour son gardien, qui montre maintenant une moyenne d'efficacité de ,984 en séries.
«Je pense qu'au moment où nous n'avions pas de jambes, il nous a gardés dans la partie. En troisième période, les Estacades ont réussi à mettre la main sur des rebonds, ce qu'ils ne faisaient pas en début de match, c'était des tirs en périphérie. La fatigue s'était installée de notre côté et (Lemieux) nous a sauvés. On a été opportunistes, mais c'est un peu l'identité de notre équipe.»
Après avoir dominé la première période, les Estacades ont vu les Gaulois connaître de meilleurs moments au deuxième vingt, et Marco Cavalleri a été le premier à s'inscrire au pointage avec un lancer qui a trouvé une ouverture dans le haut du filet en avantage numérique.
Cavalleri n'en avait pas terminé. C'est encore lui qui a déjoué le gardien Benjamin Lajoie en troisième période, cette fois grâce à une belle feinte après avoir reçu la rondelle dans l'enclave. Alexis Chicoine, dans un filet désert, a complété la soirée des Gaulois.
Dans le camp des Estacades, Alex Beaucage a connu une bonne rencontre, et est passé bien près de battre Lemieux à deux occasions. Il en fera des cauchemars en espérant avoir la chance de se reprendre dimanche lors du deuxième match de la série, qui sera de nouveau présenté au CSAD.
Il s'agissait pour la bande de Lavoie d'un premier match éliminatoire puisqu'elle avait obtenu un laissez-passer en première ronde grâce à sa victoire au Challenge CCM. Ce repos supplémentaire a semblé bénéfique, puisque les Trifluviens ont eu la rondelle sur leur palette pendant la majeure partie de la rencontre, en plus de faire souffrir les Maskoutains dans les coins de patinoire.
«On a été agréablement surpris, on pensait que ce serait plus dur que ça en début de match. Mais non, les joueurs avaient des jambes et ils ont exécuté. En séries, c'est une partie à la fois et il faut penser à la prochaine. On a fait de bonnes choses et on ne doit pas tout changer. Il faut faire les petits détails, envoyer plus de trafic au filet et aller chercher les rebonds pour la mettre dans le fond.»
Une raclée pour les Dragons
Pendant ce temps, les Dragons du Collège Laflèche ont été incapables de se qualifier pour les séries éliminatoires vendredi alors qu'ils ont subi un cuisant revers de 6-0 face aux Lions de Champlain-St.-Lawrence.
La formation de Kevin Desrochers devra donc absolument récolter au moins un point samedi face aux Blues de Dawson pour se hisser dans le tableau éliminatoire. Une défaite en temps réglementaire face à la pire formation du circuit collégial mettrait un terme à leur année.
Avec la collaboration de Vincent Gauthier