Frédéric Lavoie

Les Estacades dans les câbles

TROIS-RIVIÈRES — Les Estacades de Trois-Rivières n’ont plus droit à l’erreur. Les protégés de l’entraîneur Frédéric Lavoie ont en effet été acculés au pied du mur, mardi soir à Montréal, alors qu’ils ont échappé le troisième match de leur série quart de finale 4-0 aux dépens des Lions de Lac St-Louis.

Tirant maintenant de l’arrière 2-1 dans cette série trois de cinq, les Trifluviens tenteront de forcer la présentation d’une rencontre ultime, mercredi soir lors du quatrième affrontement entre les deux équipes. «Les gars sont déçus, mais on va faire des meetings en conséquence mercredi et je suis convaincu qu’ils vont être prêts pour un match de cette importance», a commenté l’entraîneur des Estacades à la suite de cette deuxième défaite par blanchissage en trois matchs dans cette série.

Mardi, les Lions ont d’abord profité d’une production de deux buts (Christopher Duchesne et Kerfalla Toure) dès la première période pour prendre leurs aises devant leurs partisans. Les Estacades, finalistes en titre de la Coupe Jimmy-Ferrari, sont toutefois revenus en force lors de l’engagement médian, notamment avec 22 tirs au but, sans réussir à trouver une faille dans l’armure du gardien Devon Levi.

Les Lions ont porté le coup de grâce aux Estacades en début de troisième période. Alors que Trois-Rivières profitait d’une attaque à cinq pour tenter de réduire l’écart à un seul but, ce sont plutôt les porte-couleurs de Lac St-Louis qui en ont profité pour inscrire un troisième but. Dovar Tinling a causé les dégâts sur une échappée dès la 43e seconde.

Alexi Van Houte Cachero en a ensuite ajouté une dernière couche pour confirmer la victoire des Lions.

Malgré un pointage de 4-0, les Estacades ont néanmoins eu leurs occasions de faire mal à leurs rivaux au tableau indicateur. L’attaque à cinq n’a cependant pas été en mesurer de profiter de sept jeux de puissance.

«Ils ont connu un meilleur début de match et ils ont gagné la bataille des unités spéciales. Ce sont deux gros morceaux en séries. C’est là que ça s’est joué, a expliqué Lavoie. Les gars ont été surpris sur une plus petite patinoire, ils n’avaient pas leurs repères. Quand l’avantage numérique a eu la chance de nous donner du momentum, il ne l’a pas fait.»