L’entraîneur Guy Bergeron

Les Électriks coulés dès la première demie

SHAWINIGAN — Les Électriks du Collège Shawinigan ont été coulés par une première demie difficile samedi soir alors qu’ils ont encaissé un revers de 41-7 aux dépens des Gaulois du Cégep de La Pocatière.

Les visiteurs au Complexe sportif de Shawinigan ont profité des largesses de l’offensive des Électriks qui a échappé quatre fois le ballon dans sa moitié de terrain, dont trois fois à l’intérieur de sa ligne de 20. Voilà des circonstances passablement difficiles à gérer pour une défensive.

Malgré tout, le front défensif de l’entraîneur Guy Bergeron a tenu le coup trois fois, ce qui n’a pas empêché les Gaulois de retraiter au vestiaire avec une confortable avance de 28-0. «C’était une première mi-temps catastrophique. Mais heureusement que notre défensive a été exceptionnelle dans les circonstances», a expliqué le grand manitou des Électriks.

Au retour du vestiaire, le portrait s’est grandement amélioré pour les Shawiniganais. Dès le début de la deuxième demie, les Gaulois ont voulu piéger leurs rivaux avec un botté court. Les Électriks ont répondu de belle façon alors que Zachary Tellier a récupéré le ballon avant de le transporter sur une distance de 40 verges. Tellier a complété le boulot un peu plus tard en captant une passe dans la zone des buts pour réussir le premier touché de la saison des Électriks.

«En deuxième demie, on a joué du bon football. On a vu ce qu’on était capable d’offrir. Car il faut noter qu’ils n’ont pas débarqué leurs meilleurs. Ils continué à jouer à plein régime, malgré le pointage. Ils continuaient même à essayer de marquer dans les dernières secondes du match... Disons que j’ai déjà vu un match avec plus de classe», a laissé tomber Bergeron.

«Ça nous fait quand même de l’expérience qui s’ajoute pour nous. On en a besoin avec une équipe aussi jeune.»

Dans la défaite, Bergeron admet avoir été impressionné par le jeu de Tristan Gaudreault et Félix-Antoine Chavanelle. Mais par-dessus tout, il relevait la performance de la recrue Félix Landry. «Il mesure 5 pieds 5 pouces et il était confronté à des receveurs de 6 pieds 4 pouces. C’était impressionnant de le voir tenir son bout. Il a même réussi une interception dans la zone des buts! Il s’avère une belle surprise pour nous.»

Malgré deux défaites sans appel, l’entraîneur-chef garde le moral, tout comme ses joueurs. «On a des joueurs clés qui sont blessés. Je ne sais même pas si je vais pouvoir avoir mon quart-arrière numéro un cette saison. On a révisé nos attentes du printemps en ce début de saison et c’est encourageant de voir la base avec laquelle on peut travailler. L’ambiance est bonne. Ça nous permet de rêver à quelque chose de solide à long terme.»