Les Éclairs vont faire relâche pour un an

Les Éclairs de la Mauricie feront relâche pour une saison, manque de joueurs oblige. L'un des responsables de l'équipe, David Nollet, assure néanmoins que l'avenir à moyen terme de la formation de crosse n'est pas compromis. Même qu'on planche pour un retour dès l'an prochain.
«On prend une pause, mais les chandails ne seront pas très loin, assure Nollet. Beaucoup de travail devra être accompli afin de recruter des joueurs, mais sur le plan financier, nous n'avons jamais été en difficulté depuis le déménagement à Trois-Rivières. La Ville nous offre la location des arénas à un prix très bas et les commanditaires demeurent présents. On sent également un bel appui des gens, ils apprécient le spectacle qu'offre la crosse.»
Selon lui, quatre ou cinq porte-couleurs de l'équipe devraient évoluer pour un autre club du Circuit québécois de crosse senior ce printemps. Or, si une base de cinq ou six joueurs s'ajoutent aux Éclairs l'an prochain, il sera possible de garantir un bel avenir pour la seule formation de calibre senior C dans la région.
«La réalité n'est plus la même qu'il y a dix ans. Quand on a reparti le programme, nous formions une gang de jeunes et on s'est toujours suivis par la suite. Hélas, la réalité a changé: nous ne sommes plus des étudiants, on a davantage d'obligations. Qu'à cela ne tienne, nous sommes restés très compétitifs l'an passé. La base est assez solide, même si on a perdu des gens très précieux, comme le gardien Gilles Pellerin.»
Olivier Damphousse et Michaël Bertrand, deux des têtes d'affiche des Éclairs ces dernières années, ont également décidé de se rapporter à la nouvelle équipe de Sherbrooke, qui évoluera dans le senior B. «On leur souhaite la meilleure des chances, ça pourrait être avantageux pour nous lors de notre retour l'année prochaine.»
Crosse au champ: toujours actifs
Par ailleurs, l'entraîneur Serge Lafleur a confirmé que l'équipe de crosse au champ de l'UQTR sera de retour à l'automne. Bien qu'elle ne fasse pas partie du programme sportif des Patriotes, la formation aligne entre 15 et 20 joueurs et une ligue universitaire devrait se former, avec Sherbrooke, Laval et Chicoutimi. «Nous avons un tournoi le 12 avril, annonce Lafleur. Ça augure bien pour la suite, toutes les équipes se préparent et plusieurs joueurs de football se montrent intéressés à pratiquer notre sport au Québec. On espère un jour pouvoir faire partie du sport étudiant.»