Les Aigles auraient pu inscrire un point sur cette séquence, mais le receveur des Diamants s'y est opposé!

Les Diamants nivellent la série 2-2

Après avoir subi un revers de 9-1 dimanche dernier, les Aigles juniors se devaient de rebondir dans la série face aux Diamants de Québec. Le rebond n'a pas eu lieu, vendredi soir au Stade Stéréo Plus. La troupe de Jean-Philippe Lemay s'est inclinée 5-0 et la série est maintenant égale 2-2.
Malgré un manque d'exécution qui crevait les yeux, les Aigles se sont accrochés vendredi, si bien qu'en début de sixième manche, la marque n'était que de 1-0 en faveur de la formation québécoise. 
Face à un Vincent Ruel en grande forme au monticule, les Aigles se devaient de profiter de leurs occasions. Ils ont fait le contraire. En troisième manche, en arrière 1-0, ils ont installé des coureurs au deuxième et troisième coussin avec un seul retrait au tableau. Une mauvaise course et un ballon à l'avant-champ plus tard, la manche prenait fin.
«C'est inacceptable! C'est une performance gênante quand tu reviens à la maison avec ton lanceur numéro un. On n'a pas joué un mauvais match, surtout contre Ruel qui est au sommet de son art, mais on s'est effondré en milieu de match sur ce jeu. Ça nous a scié les jambes, même si c'était seulement 1-0. On ne tirait pas de l'arrière 5-0», pestait Lemay.
Face à une équipe aux épaules basses, les Diamants ont joué de l'excellent baseball de situation. En sixième, un ballon-sacrifice a fait marquer le deuxième point, puis une erreur a ouvert la porte pour donner aux Québécois l'avance dont ils avaient besoin.
«Contrairement au match numéro un, quand (Nathan) Landry nous a ouvert la porte, on a réussi à rentrer dedans, a souligné le gérant des Diamants, Dominik Walsh. Quand tu donnes un coussin de deux points à notre lanceur, ça change complètement la donne.»
Les deux équipes ont rendez-vous à Québec. Les Trifluviens devront faire preuve de plus de fierté, eux qui ont semblé très timides face à un club qui n'avait pas la langue dans sa poche vendredi.
«On joue contre une équipe qui a appris à gagner et c'est notre tour d'apprendre à gagner, lance Lemay. Ce sera à nous de se regrouper et de sortir de manière beaucoup plus convaincante que ce qu'on a fait ce soir.»
Walsh estime que toute la pression se retrouve maintenant sur les épaules des Trifluviens.
«Je pense que Trois-Rivières a beaucoup de pression depuis des années. Ils sont à la recherche d'un championnat depuis longtemps. Mener 2-0 et que la série soit 2-2, ce n'était sûrement pas le scénario attendu.»