La fin de semaine qui s’achève aura été pénible pour les Cataractes.

Les Cataractes, une proie facile

Victoriaville —Il n’y avait pas de meilleur remède aux déboires offensifs des Tigres qu’une petite visite des Cataractes à l’amphithéâtre Gilbert-Perreaut. Après avoir marqué trois buts à ses trois premiers matchs, la troupe de Louis Robitaille s’est servie des Shawiniganais pour s’offrir un pique-nique de 6-1.

Le pire, c’est que les visiteurs n’ont pas été si vilains dimanche. Du moins, ils étaient davantage dans le coup que vendredi à Drummondville. Il faut dire que les Tigres sont engagés dans le même processus de reconstruction qu’eux, contrairement aux Voltigeurs, qui forment l’une des puissances du plateau.

Cataractes et Tigres ont échangé quelques bonnes chances de marquer dans les 40 premières minutes. Le hic, c’est que les Cataractes n’ont pas été en mesure de battre Tristan Côté-Cazenave pendant que l’exécution de ses coéquipiers était à point à l’autre bout de la patinoire. Deux surnombres accordés aux Félins ont produit autant de buts. Un retour libre dans l’enclave, une bagarre le long de la rampe perdue et un avantage numérique ont gonflé la récolte de filets à cinq pour les Félins. 

De l’autre côté, Côté-Cazenave a regardé une couple de fois derrière lui, son poteau l’a sauvé à une occasion et il a accordé quelques retours appétissants. Mais le gardien des Tigres a néanmoins réussi à garder la rondelle à l’extérieur des cordages situés derrière lui.

Avec un écart de cinq buts après 40 minutes, les deux clubs ont disputé la troisième pour la forme. Après avoir vu Antoine Coulombe accorder un sixième but, Daniel Renaud l’a rappelé au banc. Au moins, Mathieu Boulianne a sauvé son club l’affront d’un blanchissage, en touchant la cible durant le seul avantage numérique de l’équipe.

«On ne peut pas être satisfait d’une défaite de 6-1, mais en même temps, je ne crois pas que le pointage indique réellement l’allure du match», analysait Daniel Renaud après le dépôt des armes. «Ce match-là aurait pu aller en prolongation et couronner un bord ou l’autre. En qualité et en quantité, je pense que les chances de marquer se ressemblent des deux côtés. La différence fut l’opportunisme», ajoutait le pilote des Cataractes.

Si les Cataractes ont été stoppés par Côté-Cazenave, force est d’admettre que défensivement, ils ont mieux paru qu’à leurs trois derniers matchs. «On a donné d’excellentes chances de marquer, mais on a réduit le nombre pas mal. Ça prouve que nos jeunes progressent rapidement. Ils ont été bons nos jeunes ce soir. Nos vétérans doivent en donner plus, par contre.» Après une séquence un peu folle de cinq matchs en neuf jours ponctuée d’un voyage de trois jours à Baie-Comeau, Renaud n’est pas fâché de pouvoir donner un peu de répit à ses hommes. Il espère que les quatre pratiques d’affilée au menu de la prochaine semaine seront productives. «Il le faut, une autre séquence de trois matchs en 48 heures nous attend le week-end prochain…»

Dans l’autre vestiaire, Robitaille vantait le travail de ses équipiers, en particulier Côté-Cazenave. «Il a été notre meilleur joueur. On a donné trop de chances de marquer. À l’attaque, on a dit aux joueurs que la porte était ouverte pour des responsabilités et certains ont montré de belles choses. C’est prometteur. Ces deux points face à une équipe qui nous ressemble sont importants, car on sait qu’à la fin de la saison, ce sera très serré au classement. Je suis content de les avoir mis en banque.»

Carnet de notes

Jérémy Manseau blessé et Vincent Senez suspendu, les Cataractes ont attaqué le duel sans aucun joueur de 20 ans dans l’alignement… Deux patineurs ont été rappelés pour donner un coup de main, William Veillette et Jérôme Lafond.