Les Cataractes connaissent un excellent début de saison.

Les Cataractes trop rapides pour l’Armada!

SHAWINIGAN — Au tour de l’Armada de faire les frais du début de saison autoritaire des Cataractes. C’est par la vitesse que les hommes de Daniel Renaud ont eu le dessus sur ceux de Bruce Richardson, signant un gain de 4-2 qui a ravi les quelque 2700 personnes réunies au Centre Gervais Auto de Shawinigan.

Les Cataractes ont dominé ce match de A à Z, à part peut-être les quelques minutes qui ont suivi le premier filet réussi par l’Armada, à la fin d’un avantage numérique en première. Les visiteurs ont semblé paralysés par moments, tellement les jeunes Shawiniganais étaient affamés à récupérer les rondelles libres. Les quatre trios ont contribué.

Le duel a quand même été serré jusqu’à la fin, gracieuseté d’Olivier Adam qui a fourni 35 arrêts dans le camp de l’Armada. Il faut dire aussi que les Cataractes n’ont pas été très dangereux sur l’avantage numérique, qui n’a produit qu’un seul but en six essais, et qui est apparu brouillon la plupart du temps.

À forces égales toutefois, le décalage entre les deux clubs était clair. L’Armada a été dans le coup au tableau indicateur, pas mal moins sur la surface de jeu.

«Il n’y avait qu’une seule équipe sur la glace. Les Cataractes étaient beaucoup plus affamés que nous. Il faut leur rendre crédit, ils sont très rapides et leur éthique de travail est irréprochable. De notre bord, on n’a pas joué avec l’identité de l’Armada. C’est rare que tu gagnes au hockey quand tu passes autant de temps dans la boîte des pénalités», rageait Richardson, pas impressionné une miette par le fait que son club avait rétréci l’écart à un seul but en fin de match.

«Le pointage final est juste. Tu récoltes ce que tu sèmes. Si nous avions gagné ce match-là, je serais sorti de l’aréna avec une cagoule sur la tête!»

Vous vous doutez bien que les cœurs étaient plus légers dans l’autre vestiaire. Valentin Nussbaumer, qui a préparé deux des trois premiers buts de son équipe, insistait pour parler d’un effort collectif.

«Tout le monde tire dans la même direction. Quand on fait ça, on devient durs à battre. Tous les gars fournissent un gros effort en ce moment», racontait le Suisse, qui dit se plaire à jouer aux côtés de Mikaël Robidoux. «Il s’arrache le cœur à chaque présence. C’est un gars qui sert toujours ses coéquipiers, je ne peux que le remercier.»

Daniel Renaud était lui aussi élogieux envers son groupe. «Sur le plan de l’effort, c’est un match impeccable. Ce n’était pas parfait sur l’exécution, mais sur l’effort, c’était beau à voir», analysait le pilote, conscient que son jeu de puissance n’était pas encore à point.

«Il y a cinq matchs de joués, nous sommes encore en train de faire des expériences pour placer les gars aux bons endroits. Ça va venir. On cherche encore à établir une constance dans l’effort pendant 60 minutes, et ça doit inclure les unités spéciales.»

Mavrik Bourque, Charles Beaudoin et William Cummings – sur une spectaculaire montée - ont déjoué Adam vendredi, qui a pris place entre les poteaux parce que le vétéran Émile Samson a contrevenu à des règles d’équipe. Bourque a complété le travail dans un filet désert pour sceller cette quatrième victoire en cinq sorties depuis le début de la saison.

Les Cataractes vont reprendre le boulot samedi soir en défiant les Olympiques à Gatineau.