Mikaël Robidoux

Les Cataractes s'inclinent à Québec

Québec — Comme le redoutait Daniel Renaud après le triomphe émotif de la veille face à l’Océanic, les Cataractes avaient moins d’essence dans le réservoir samedi après-midi à Québec. Une mauvaise séquence de deux minutes au milieu de la première fut donc suffisante pour faire couler les Shawiniganais, battus 3-2 par les Remparts.

Ce ne fut pas un grand match de hockey junior. Les Remparts tentaient de se sortir d’une séquence de quatre revers d’affilée. Les Cataractes, eux, avaient laissé beaucoup d’énergie dans le triomphe à domicile de vendredi soir. Ajoutez une ambiance mortuaire avec quelques milliers de fans à peine dans un amphithéâtre de la LNH, et vous avez une combinaison pas très savoureuse.

Patrick Roy ne faisait pas la bouche fine pour autant. Le pilote des Remparts disait avoir apprécié la tenue de son groupe, actuellement privé de joueurs importants, blessés, même si celui-ci s’est surtout défendu dans la deuxième moitié du duel. «L’important, c’était de trouver un moyen de s’en sortir. J’ai senti les joueurs déterminés à mettre fin à cette séquence. C’était important de gagner à domicile, avant de partir sur la route.»


Robidoux au centre de l’action

Les Cataractes ont marqué le premier but du match, l’œuvre de William Cummings. Mais les Remparts ont ensuite orchestré une poussée de trois buts, le premier ouvrant les écluses à la suite d’une mauvaise pénalité écopée par Mikaël Robidoux.


L’ex-Remparts s’est racheté en troisième, en réduisant l’écart à un seul but. Ce filet a fait basculer le momentum dans le camp des visiteurs… jusqu’à une autre pénalité écopée par Robidoux. Cette fois par contre, l’officiel a été très dur envers lui, jugeant qu’il avait plongé, après avoir reçu une bonne poussée du gardien Carmine-Anthony Pagliarulo! À partir de là, les Remparts ont réussi à égrainer les dernières minutes du duel pour empocher les deux points à l’enjeu. «Si Robidoux méritait une punition pour plongeon en troisième, le gars qu’il a frappé en première méritait le même sort», pestait Daniel Renaud, pas trop impressionné par le rendement des officiels. Il a aussi reconnu que ses équipiers n’étaient pas aussi inspirés que la veille. «On n’a pas connu un bon départ. Puis le match s’est joué en moins de cinq minutes. C’est dommage, on fait de bonnes choses par la suite.»


Les Cataractes vont compléter cette rude séquence de trois matchs en moins de 24 heures demain après-midi à Rimouski.