Les jeunes Cataractes ont été secoués à souhait par une Armada beaucoup plus hargneuse.

Les Cataractes s’inclinent 5-1

Shawinigan — L’excitation de vendredi soir a laissé place à la frustration au Centre Gervais Auto samedi après-midi. Les jeunes Cataractes ont été secoués à souhait par une Armada beaucoup plus hargneuse, qui a signé un gain de 5-1.

Ce premier revers de la saison des Shawiniganais a fait mal. Olivier Desroches, Gabriel Denis et Jérémy Martin n’ont pas terminé le match, blessés. Les deux premiers par des coups d’épaule meurtriers, le dernier par une retentissante droite lors d’un combat. Le thérapeute Kyle Sutton aurait mérité une étoile samedi tellement il a été occupé.

L’Armada a joué avec agressivité du début à la fin du match. En première, les locaux ont pu en profiter pour se fabriquer de bonnes chances de marquer. Le hic, c’est que seul Charles Beaudoin en a profité, les autres menaces étant étouffées par un Émile Samson solide entre les poteaux.

Le  pic et la pelle ont commencé à rapporter aux visiteurs dès le début de la deuxième. Joël Teasdale, puis Antoine Demers ont procuré une avance de 2-1 à l’Armada. Puis les Cataractes ont bousillé une attaque massive de deux hommes de près de deux minutes, certainement la clé du match puisqu’ils n’ont plus jamais été les mêmes par la suite. Victimes de quelques coups douteux, dont certains ont échappé aux officiels, les Cataractes ont commencé à vouloir se faire justice. Manquant de maturité physique, ils n’ont pas fait le poids dans ce rayon. Menée par un Teasdale en feu, l’Armada n’a eu aucun mal à gonfler son avance au tableau indicateur.

Le match s’est terminé dans le tumulte. Au total, 33 pénalités totalisant 74 minutes – excluant les inconduites – ont été appelées par Dominic Bédard et Nicolas Leduc, qui ont connu une dure journée de travail. La foule de près de 2800 personnes n’a pas apprécié voir son équipe se faire malmener et l’a fait savoir à quelques reprises avec des huées. «Nous sommes un club jeune, il faut s’adapter quand ce genre de match arrive. Ça fait partie du processus, mais je ne suis pas inquiet, nos jeunes sont matures. Nous sommes prêts à tout», livrait Jérémy Manseau, décoré du titre de capitaine intérimaire pour le week-end. «Il n’y a rien de catastrophique, on a gagné un match sur deux en fin de semaine. Ce match va simplement attiser la rivalité avec l’Armada.»

La foule de près de 2800 personnes n’a pas apprécié voir son équipe se faire malmener et l’a fait savoir à quelques reprises avec des huées.

Daniel Renaud disait lui aussi ne pas trop s’en faire avec le décalage de hargne déployée sur la glace. «On a eu du mal à s’ajuster au début, mais par la suite, on s’est ajusté. C’était un match physique, c’est tout. On a eu des chances de marquer, on n’en a pas profité.  On a disputé une bonne première. Puis à partir de la deuxième, c’est devenu un match d’unités spéciales… À cinq contre cinq en première, ça allait très bien.»

Au terme du camp d’entraînement, les Cataractes ont pris la décision de remercier Frédérik Théorêt, un vétéran qui endossait un peu le rôle de protecteur. Samedi, c’est Roddie Sandilands qui a dû venir à la défense de la recrue vedette Mavrik Bourque. Puis, en troisième, quand Jay Martin a lui aussi voulu jeter les gants, il a été mis K.-O. Malgré ça, le pilote ne croit pas que son équipe manque de robustesse pour encadrer les jeunes surdoués de l’organisation. «Je me concentre sur nos 24 joueurs et il y en a qui sont venus à la défense de leurs coéquipiers.»

Dans l’autre vestiaire, Bruce Richardson jurait ne pas avoir réservé de traitement spécial à la bande de Renaud. «On veut jouer comme ça contre tout le monde. Les gars avaient le couteau entre les dents, du feu dans les yeux. Ça faisait longtemps que je n’avais pas dirigé un match aussi explosif. Il y a eu de tout : de l’offensive, des beaux arrêts, des coups d’épaule, des bagarres…»

Certains joueurs qui reviennent des camps pros ont besoin de temps avant de retrouver leurs repères. Ce fut le cas de Jan Drozg chez les Cataractes en fin de semaine. Limité à deux passes, le Slovène a été coupable d’un paquet de revirements. Chez l’Armada, Teasdale, nouveau membre en règle du Canadien de Montréal, a été beaucoup plus convaincant. «Il joue toujours de la même façon. Peu importe où il est. C’est un compétiteur. Un professionnel. C’est ce qui lui a valu ce contrat avec le Canadien après être arrivé à leur camp à titre de simple invité», soulignait Richardson.