Les Wildcats ont largement eu l’avantage sur les Cataractes au tableau indicateur, jeudi soir au Centre Gervais Auto.

Les Cataractes rossés 7-1

Shawinigan — Les Wildcats se bagarrent pour la tête du classement général de la LHJMQ. Ils sont déjà beaucoup mieux nantis que les jeunes Cataractes à tous les points de vue. Jeudi, ils ont de plus eu droit à l’aide des officiels, une combinaison qui a mené à une douloureuse défaite de 7-1 des Shawiniganais.

Les Wildcats avaient perdu leurs deux derniers matchs et les Cataractes venaient de connaître un premier week-end fructueux depuis des lunes. Les deux clubs étaient prêts pour la mise en jeu initiale. Mais pas les officiels Jesse Gour et Simon Tartre, qui ont raté une mise en échec à la tête provenant d’un angle mort de Gabriel Sylvestre à Jérémy Martin dès la première séquence de jeu. Le genre de geste qui aurait dû valoir un jeu de puissance de cinq minutes aux locaux! Gour et Tartre ont pris plusieurs minutes avant de réveiller, ratant aussi un accrochage flagrant sur Mavrik Bourque alors qu’il tentait de se faufiler seul jusqu’au gardien Francis Leclerc quelques minutes plus tard.

Auteur de cinq buts à ses deux derniers matchs, Bourque a eu droit à trois chances de qualité en première mais chaque fois, Leclerc a eu le dessus. À l’autre bout de la patinoire, les Wildcats ont été beaucoup plus opportunistes et ils ont pris l’avance 2-0.

La fin de la période a été marquée par une majeure imposée à Vincent Senez. Le vétéran de 20 ans a frappé un joueur adverse d’un coup d’épaule dans la poitrine alors que celui-ci était dans l’enclave mais les officiels l’ont néanmoins chassé du match.

Si les Cataractes ont réussi à écouler cette pénalité, ils n’ont plus jamais été menaçants par la suite. Renaud avait choisi d’aller à la guerre avec une formation à 11 attaquants. Martin blessé et Senez expulsé, il ne lui en restait que neuf pour les 40 dernières minutes de jeu. Peu à peu, l’écart entre les deux clubs s’est élargi et les Wildcats menaient 6-0 après 40 minutes. Sylvestre, en passant, a orchestré deux des quatre buts  de son club face à ses anciens coéquipiers en deuxième. Pas mal pour un gars qui aurait dû être expédié aux douches pendant la première minute de jeu!

En troisième, les Wildcats ont ajouté un dernier but, puis les locaux ont évité le blanchissage grâce à Leon Denny, qui a marqué en fin de match sur un avantage numérique de deux hommes. Alexander Khavanov a pour sa part dirigé l’attaque des vainqueurs avec cinq points, dont trois buts. «On a connu un bon départ. On menait 10-7 dans les chances de marquer après une période! Le troisième but des Wildcats a fait mal, on a senti une baisse d’énergie. À neuf attaquants, c’est devenu plus difficile», a expliqué Renaud, qui a dérogé à ses principes et qui a accepté pour une fois de parler des officiels. «Il y a quelques appels qui n’ont pas été faits qui m’ont dérangé. Les officiels sont venus me voir après la première, pour me dire qu’ils avaient raté l’appel sur Sylvestre. Ce sont des humains, ça arrive.»

Renaud s’est aussi porté à la défense de Senez, expulsé. «C’est un coup d’épaule dans la poitrine. Si c’est un autre gars qui  le donne, il n’est pas expulsé. Oui, je crois que Senez est marqué par les officiels. Il a 20 ans, il joue de façon physique. Tous les humains ont des émotions, de la mémoire. Je pense qu’il paie pour son passé. C’est plate parce que depuis quelques semaines, il est beaucoup plus discipliné.»

Dans l’autre camp, Sylvestre admettait que ce match était spécial à ses yeux. «Je voulais jouer un gros match pour ma dernière visite ici en saison régulière. J’ai de très bons souvenirs de Shawinigan», soulignait l’arrière à caractère défensif, qui ne s’est pas défilé quand on l’a questionné sur la mise en échec qui a blessé Jérémy Martin. «Il ne s’est pas protégé, c’était une passe suicide. Mais je sais que ce n’était pas la mise en échec la plus propre, alors j’étais prêt à me battre s’il le fallait.»

Les Cataractes vont reprendre l’action dès vendredi soir, à l’occasion de la visite d’Éric Veilleux, Samuel Asselin et les Mooseheads d’Halifax, club hôte du prochain tournoi de la Coupe Memorial.