Mavrik Bourque a marqué dimanche contre l’équipe de son patelin, mais les Cataractes ont tout de même perdu un deuxième match consécutif.
Mavrik Bourque a marqué dimanche contre l’équipe de son patelin, mais les Cataractes ont tout de même perdu un deuxième match consécutif.

Les Cataractes perdent un deuxième match en 24 heures

VICTORIAVILLE — La pause de Noël semble avoir freiné le bel élan des jeunes Cataractes. Après une contre-performance généralisée face au Drakkar samedi à Shawinigan, les hommes de Daniel Renaud ont mieux paru dimanche à Victoriaville, mais ils ont néanmoins plié l’échine 5-3 devant plus de 3000 personnes au Colisée Desjardins.

Sans faire de bruit, les Tigres donnent beaucoup de fil à retordre à leurs rivaux depuis quelques semaines. Dimanche, ils ont signé un quatrième gain d’affilée. Dans la simplicité: peu de revirements, un échec-avant soutenu, une présence au filet adverse et une urgence à défendre l’enclave dans leur territoire.

Les Cataractes, eux, sont davantage en mode cols blancs. Beaucoup de passes transversales, du jeu individuel, des passes avec de la sauce du revers. Quand ça clique, c’est beau à voir. Quand il y a moins de magie dans l’air comme ce week-end, ça offre de belles occasions de marquer gratuites à l’équipe ennemie.

Au moins, contrairement à samedi, il y avait plus de passion dans leur jeu. Si les unités spéciales avaient le moindrement contribué, l’histoire du match aurait pu être bien différente. Mais les Shawiniganais ont été blanchis en quatre avantages numériques, alors qu’ils ont cédé deux fois en pareille situation, dont l’une à la suite d’une crampe au cerveau du nouveau gardien Charles-Antoine Lavallée.

«C’est le genre de jeu qui arrive une fois dans une carrière. Le timing était seulement mauvais pour que ça se produise aujourd’hui», pestait Daniel Renaud à propos du dégagement raté par Lavallée, qui est devenu une passe parfaite dans l’enclave pour le tenace Conor Frenette.

«Ce fut une comédie d’erreurs qui a mené à ce but. Mais c’est clair que nos unités spéciales devront trouver une façon prochainement de finir les matchs dans le positif», a enchaîné le pilote des Cataractes, en pointant le peu d’entraînement au cours du dernier mois pour expliquer les déboires de l’avantage numérique. «On cherche à placer les joueurs dans les bonnes positions. Or depuis un mois, on ne touche presque pas à la glace en pratique. Ce n’est pas évident.»

Robidoux absent

Olivier Nadeau, Félix-Olivier Chouinard et Mavrik Bourque ont marqué pour les Cataractes, qui ont dominé 36-27 dans la colonne des tirs au but. Les deux défaites du week-end ont été subies sans le vétéran de 20 ans Mikaël Robidoux, foudroyé par un virus. «Je pense qu’on méritait un meilleur sort aujourd’hui. L’énergie, l’émotion, le leadership de Robidoux nous a manqué en fin de semaine.»

À ses débuts avec l’équipe, Maxim Trépanier a marqué le seul but de son équipe samedi. Dimanche, il a menacé le petit portier Nikolas Hurtubise à quelques reprises. «Quand tu arrives dans une nouvelle équipe, il y a une certaine période d’ajustements. Je joue avec deux joueurs très talentueux (Mavrik Bourque et Xavier Bourgault), ça va finir par cliquer, je ne suis pas inquiet. Espérons que ça ne sera pas trop long», sourit l’ex-joueur des Mooseheads, qui a sa petite idée de comment l’équipe peut relancer son jeu de puissance.

«Les jeux de puissance qui ont du succès sont ceux qui amènent un bon volume de lancers au filet. On fait bien circuler la rondelle, ce n’est pas un problème. Mais il faut trouver une façon de tester plus souvent le gardien adverse.