Après un mauvais départ, les Cataractes ont rebondi en créant l'égalité 3-3, mais ils se sont butés à un Alexis Shank en grande forme au troisième engagement.

Les Cataractes ont le dos au mur

SAGUENAY — Le tapis va-t-il glisser sous les pieds des Cataractes lors du dernier week-end d’activités de la LHJMQ? Les hommes de Daniel Renaud se réveillent ce matin exclus des séries, eux qui ont reculé d’un rang à la suite d’une défaite de 5-3 encaissée aux mains des Saguenéens à Chicoutimi vendredi, et d’un point amassé par les Sea Dogs dans un revers en fusillade subi à Halifax.

Les deux clubs en reconstruction revendiquent donc 32 points après 67 des 68 matchs de la campagne, mais le bris d’égalité appartient aux Sea Dogs, alors les Cataractes doivent absolument amasser au moins un point samedi face aux Tigres de Victoriaville s’ils veulent  avoir une chance de prolonger leur saison. 

S’ils offrent une aussi bonne performance que vendredi face aux Saguenéens, c’est possible. Les Shawiniganais méritaient en effet un meilleur sort face à l’équipe de Yannick Jean. Ils ont réussi à se relever d’un mauvais départ pour ramener le pointage à égalité 3-3 après 40 minutes. Dans la deuxième moitié de la deuxième, ils avaient été particulièrement fougueux, récompensés par deux filets en avantage numérique de Leon Denny. 

Shank se lève

Ils ont continué d’attaquer en troisième, mais Alexis Shank s’est interposé. Un peu chanceux au cours des deux premières périodes – les Cataractes ont frappé de plein fouet quatre poteaux – Shank a pris le contrôle lors du dernier tiers pendant que ses coéquipiers Vladislav Kotkov et Théo Rochette s’occupaient d’aller chercher les buts qui allaient départager les deux clubs.  Shank a notamment volé Mavrik Bourque avec un déplacement latéral miraculeux alors que la marque était de 4-3… Les Cataractes ont dominé 32-23 dans la colonne des tirs et dans les chances de marquer, mais au final, ils n’ont pu stopper leur série de défaites qui est rendue à 14. 

«Shank a fait tout un arrêt, je n’en revenais pas. Un jeu comme celui-là, (descente à deux contre un qui se termine par un tir sur réception) normalement, le gardien n’a pas le temps de revenir. Ce n’est pas pour moi que je voulais marquer ce but, mais pour l’équipe. On en avait besoin. C’est tellement frustrant», livrait Mavrik Bourque, qui a disputé un match du tonnerre en compagnie de Jan Drozg et Jérémy Martin. Le trio est à l’origine de tous les buts des Cataractes vendredi. «Faut maintenant mettre ça derrière nous et se préparer pour demain. On a le dos au mur, ça prend une victoire. Il va y avoir un peu de fatigue, mais la motivation peut et doit compenser. Si tu n’es pas allumé par l’enjeu du match de demain, tu n’as pas d’affaire sur la glace! On joue au hockey depuis qu’on est tout petit pour avoir la chance de jouer des matchs avec un enjeu aussi important. C’est notre chance demain», ajoutait la recrue de 16 ans.

Daniel Renaud espère sûrement que tous ses joueurs vont aborder le duel avec les Tigres avec le même regard que Bourque. Le pilote avait bien peu de choses à reprocher à ses hommes en fin de soirée vendredi. «Je regarde le temps de possession, les tirs de qualité, les revirements, le pointage est dur à accepter. Ça se répète souvent depuis Noël, je ne peux pas expliquer pourquoi on n’a pas réussi à mettre des points au tableau dernièrement. Shank a été très bon ce soir. Ses poteaux également! De notre bord, l’effort était là, et il faut reproduire ça demain en trouvant le moyen cette fois de marquer un but de plus que l’autre équipe.»

Pas évident considérant que les Cataractes sont rentrés à Shawinigan aux petites heures du matin, pendant que les Tigres jouaient à domicile vendredi. «Ce n’est pas un scénario idéal, c’est sûr. Considérant l’enjeu, c’est quand même une opportunité pour nos joueurs de montrer du caractère. On a vécu une situation semblable il y a deux semaines, on s’en est servi comme préparation justement en prévision de demain. On a aussi laissé volontairement des joueurs à la maison (Antoine Coulombe, Gabriel Denis et Vincent Senez) afin qu’ils soient reposés pour jouer ce match crucial. On joue notre saison. Ça fait trois semaines qu’on se prépare à ce match. Demain, c’est notre finale», concluait Renaud.