C'est dans un parc Optimiste rénové que les Cascades disputeront leur match d'ouverture locale vendredi soir.

Les Cascades rentrent en ville

Après avoir disputé leurs cinq premiers matchs sur la route, les Cascades de Shawinigan rentreront enfin dans leurs terres vendredi soir alors qu'ils disputeront le match inaugural de leur troisième saison.
C'est dans un parc Optimiste rénové que la troupe de Patrick Bourbeau se mesurera au Royal de Saint-Jérôme. La Ville de Shawinigan a en effet reculé la clôture du champ jusqu'à une dizaine de pieds à certains endroits, en plus d'installer un filet, si bien que la limite du terrain aura une hauteur d'une vingtaine de pieds, puisque le filet sera en jeu.
Même si les concours de coups de circuits seront moins fréquents, le gérant des Cascades sent de l'intérêt de la part de la population pour le nouveau terrain.
«On en a entendu pas mal parler. Les gens sont curieux et ont hâte de le voir. Dans notre cas, nous n'avons pas pu y jouer encore, si ce n'est que de prendre une pratique de lanceurs sur les côtés. De ce que j'ai vu, la clôture ne sera pas d'une forme continue, il va y avoir des zones mortes, ce qui veut dire qu'on risque de voir plus de doubles que l'an passé. Comme nous avons une équipe jeune et rapide, ça va peut-être nous avantager.»
Avec une fiche de deux victoires et trois défaites, les Cascades se retrouvent au sixième rang du classement de la Ligue de baseball majeur du Québec, ce qui représente un début de saison plus intéressant que lors des deux premières saisons.
La victoire de mercredi face aux Castors d'Acton Vale et l'ancien lanceur des Angels d'Anaheim Steeve Greene inspirera assurément une bonne dose de confiance à l'approche de ce match d'ouverture.
«Depuis le début de la saison, il y avait des absents et nous n'avions pas notre formation complète. Mercredi, c'était la première fois que nous étions complets. Ça n'allait pas être facile contre Steeve Greene, alors c'était vraiment une belle victoire», se réjouit le pilote, satisfait de la performance de sa troupe, qui n'avait disputé qu'un seul match préparatoire.
Envoyé dans la mêlée en septième manche pour affronter les trois derniers frappeurs des Castors, Luis Munoz obtiendra le départ vendredi face au Royal. Bourbeau n'était pas inquiet que son partant souffre de fatigue, puisqu'il est réputé pour avoir un bras en caoutchouc. 
Si Dame Nature peut collaborer, ce qui ne semblait pas dans ses plans selon les prévisions météorologiques jeudi, plus de 250 personnes sont attendues pour ce premier match à domicile. L'organisation rendra hommage à un de ses administrateurs, Jean-François Bourget, qui est décédé au cours de l'hiver après une lutte contre la maladie.