Les Cascades de Shawinigan ont conclu un match marathon de la meilleure façon qui soit, dimanche, en l’emportant sur un circuit face aux Castors d’Acton Vale.
Les Cascades de Shawinigan ont conclu un match marathon de la meilleure façon qui soit, dimanche, en l’emportant sur un circuit face aux Castors d’Acton Vale.

Les Cascades remportent un match de fou!

Shawinigan — Les Cascades ont fait preuve de caractère, dimanche, en l’absence de leur joueur et entraîneur, Matthew Rusch. Après avoir tiré de l’arrière à deux reprises pendant le match qui l’opposait aux Castors d’Acton Vale, la troupe shawiniganaise a offert à ses partisans une fin digne d’un conte de fées, l’emportant 16 à 14 sur un coup de circuit.

Les hommes de Matthew Rusch ont amorcé le match sur une note plutôt négative, laissant leurs adversaires s’emparer d’une avance de 4 à 0. Les réjouissances furent toutefois de courte durée pour les Castors, qui ont ensuite vu les Cascades effectuer une poussée de huit points en deuxième manche pour reprendre les devants.

Le vent a cependant encore tourné en quatrième manche lorsque les Valois ont marqué pas moins de neuf points, portant la marque à 13-9 en faveur des Castors. Les Cascades ont finalement ajouté quelques petits points au tableau et se sont présentés en septième et dernière manche en tirant de l’arrière par trois. C’est à ce moment que Michaël Laprise a déposé la cerise sur le sundae, faisant voyager la balle dans les hauteurs du parc Optimiste jusque de l’autre côté de la clôture.

«À Shawinigan, ce n’est jamais fini! Dans notre terrain, un coup de circuit peut retentir à n’importe quel moment. Je suis vraiment fier de mes gars, dont le caractère a atteint un sommet pendant le match. Ça a été la clé de la victoire. L’équipe est extrêmement confiante et sait qu’elle peut toujours revenir de l’arrière pour arracher une victoire, ce qui est très positif», a exprimé le directeur général des Cascades, Eraklis Tzavellas.

Celui-ci a d’ailleurs tenu à saluer la performance étincelante de son joueur de troisième but, Michaël Laprise. Ce dernier a conclu sa rencontre avec trois coups sûrs en trois présences au bâton, produisant au passage pas moins de neuf points.

«C’est clair que ça a été un effort collectif en l’absence de Rusch. Toutefois, impossible de passer sous silence le point d’exclamation apposé à la fin par celui que l’on surnomme M. Cascades. En plus d’avoir produit neuf points, il nous a donné la victoire grâce à un retentissant circuit dont on n’a pas encore retrouvé la balle», a-t-il ajouté.

L’architecte des Cascades n’a également pas pu s’empêcher de souligner l’assurance dont ont fait preuve ses joueurs, et ce, même en l’absence de leur leader.

«C’est encore plus gratifiant de constater qu’on a pu aller chercher la victoire sans nécessairement que Matthew ne doive s’impliquer dans la rencontre. Ça démontre énormément de profondeur au sein de notre formation, ce qui est de bon augure pour le reste de la saison.»

Les lanceurs en difficulté

Devant composer avec une chaleur des plus lourdes, les artilleurs des deux équipes ne l’ont pas eu facile pendant le match. En plus des nombreux coups sûrs frappés, plusieurs buts sur balles ont été accordés, expliquant ainsi la marque finale, qui avait pris des allures de résultat de football.

Les lanceurs ne l’ont pas eu facile pendant la rencontre, accordant de nombreux buts sur balles en raison de la chaleur.

«Avec des manches de huit et neuf points aujourd’hui, je ne peux pas nier que les lanceurs l’ont eu difficile. Ils devaient composer avec une forte chaleur. Il y a eu de bons coups sûrs de part et d’autre, mais ce sont surtout les buts sur balles qui ont fait mal», a expliqué M. Tzavellas.

Par ailleurs, c’est devant une foule dynamique, bien que moins nombreuse que lors des derniers matchs, que les Cascades ont pris part à ce festival offensif.

«C’était une belle foule de partisans qui a su faire preuve de collaboration en respectant les mesures de distanciation sociale tout au long de la rencontre», a conclu le directeur général, Eraklis Tzavellas.

Les Shawiniganais rechausseront leurs souliers cramponnés vendredi prochain, à domicile, alors qu’ils croiseront le fer avec les Cardinaux de Sainte-Thérèse dès 20 heures.