Daniel Renaud était très excité cet été par l’arrivée de Vasily Ponomarev. Le Russe vient bonifier une jeune attaque avec des dents.

Les attentes changent

CHRONIQUE / Lors des deux dernières saisons, quand les tempêtes se levaient, les dirigeants des Cataractes aimaient bien faire référence au cycle précédent.

C’était commode. Sous le règne d’Anthony Beauvillier, il y a eu effectivement deux saisons de misère, qui ont servi à préparer trois spectaculaires campagnes.

Évidemment, la première portion de l’équation a été facile à accoter. Une exclusion des séries, une entrée par la porte de derrière au bal de fin d’année le printemps dernier. L’un des pires désavantages numériques de l’histoire du hockey junior à travers ça.

Un long supplice, nécessaire pour repêcher et faire grandir la nouvelle génération, qui n’a pas eu trop d’effet sur les assistances. Les Cataractes misent probablement sur les meilleurs partisans de la ligue!

Ces derniers sont toutefois bien informés. Ils se souviennent très bien que la troisième année du cycle à Beauvillier s’était terminée par un gros bond au classement général. Une cinquième place qui avait étonné tout le monde à l’époque. Les Cataractes avaient bien perdu au premier tour des séries, en sept matchs face aux Mooseheads de Nikolaj Ehlers et Timo Meier, mais le rendement global avait été savoureux.

Tout ça pour vous dire que les attentes seront bien différentes cette saison à l’endroit de la bande à Daniel Renaud. Ce dernier a pu se faire les dents dans ce nouveau rôle d’entraîneur-chef sans trop se faire achaler. Il s’en est tenu au plan d’utiliser les jeunes dans toutes les situations, ce qui lui a valu de garder la confiance de Martin Mondou.

Lui aussi, comme les partisans, a maintenant soif de victoires.

Du renfort

Renaud connaît désormais ses joueurs sur le bout de ses doigts, il a pu choisir ses adjoints avec qui entamer cette nouvelle phase. Il accueille également un Européen de premier plan, le Russe Vasily Ponomarev. Mondou lui a de plus fourni un deuxième vétéran de 20 ans, Jordan Lepage pour raffermir la défensive.

Il est temps de livrer des résultats.

La bonne nouvelle, pour Renaud, c’est qu’il va naviguer dans la conférence la plus faible de la ligue. Même le Phoenix, à qui tout le monde prédit le titre de la conférence, est prenable. Derrière les Sherbrookois, il y a un peloton de cinq clubs qui ont à peu près les mêmes effectifs. Les Voltigeurs et l’Armada forment quant à eux possiblement les pires équipes du circuit.

C’est donc un environnement parfait pour une jeune équipe talentueuse et affamée. À condition, justement, d’être affamée. Ce côté frondeur s’est révélé lors des courtes séries l’an dernier. Il doit maintenant s’installer en permanence dans l’équipe. C’est le principal clou sur lequel Renaud doit maintenant cogner.

Il en est conscient. Ce n’est pas un hasard s’il a promis cette semaine que le temps de jeu allait être alloué au mérite.

C’est plutôt facile comme déclaration avant la première mise en jeu, il sera intéressant de voir si le jeune pilote passera de la parole aux actes. Ce n’est pas toujours évident, mais c’est la seule façon de se faire respecter dans un vestiaire junior.

Il y a eu des ratés à cet effet au cours des deux dernières saisons. Certains ont eu droit à des privilèges. Toutes les équipes ont des pépins hors glace, des petites chicanes de famille ou des manquements aux règlements. Ce qui distingue les bonnes équipes des autres, c’est leur manière de gérer tout ça. Renaud a un test de crédibilité à passer au cours des prochains mois.

Un casier à combler

Si Mondou veut donner un coup de pouce supplémentaire à son entraîneur dans sa quête, il comblera rapidement le troisième casier de 20 ans libre dans le vestiaire.

Depuis le début du règne à Mondou il y a un peu plus d’une décennie, le dossier des joueurs de 20 ans a fait couler beaucoup d’encre. Les Cataractes n’ont pas toujours été gâtés dans ce rayon. L’an dernier, le trio était l’un des plus faibles de la ligue. Sans être des vedettes, Mikaël Robidoux et Lepage seront utiles cette saison. Reste quand même une place, pour entrer vraisemblablement un attaquant mature en mesure de supporter Bourque et Ponomarev, les deux catalyseurs offensifs de l’équipe. Ils ont beau être ultra talentueux, ils n’ont que 17 ans. Ils vont se battre tous les soirs contre des gars de 19 et 20 ans. Du renfort est souhaitable. Et le plus tôt sera le mieux…