Les Aigles ont été combatifs hier soir face aux Jackals, mais un point en huitième manche a procuré aux visiteurs une troisième victoire en quatre matchs à Trois-Rivières.

Les Aigles quittent la région avec un lourd bilan

Chaque séjour des Aigles à domicile ramène cette question à l'avant-plan: mais qu'est-ce qui cloche avec cette équipe lorsqu'elle se présente à Trois-Rivières?
De nouveau appuyés par une belle foule bruyante et enthousiaste, les joueurs de Pierre-Luc Laforest n'ont pu profiter de cette énergie pour remercier ceux qui continuent de croire en eux.
Vrai que le spectacle offert était de loin supérieur à celui de la veille, mais le résultat demeure: cette fois, les Jackals ont signé un court gain de 5-4, s'assurant de quitter la cité de Laviolette avec un dossier positif de 3-1.
La formation du New Jersey a ainsi remporté une huitième décision en dix batailles sur le champ trifluvien. Après que le premier frappeur du match eut croisé la plaque, Joe Dunigan, en quatrième manche, a propulsé l'offrande du partant des Aigles Edilson Alvarez très loin à l'extérieur du stade Fernand-Bédard pour porter le compte à 4-0.
Étourdis, les locaux ne semblaient pas s'être remis des deux échecs du week-end. Mais en sixième, l'alignement offensif a répondu à l'appel: quatre coups sûrs, un ballon sacrifice et trois buts sur balles donnés par Keith Bilodeau ont transformé une rencontre à sens unique en un enivrant duel.
Steve Brown a notamment claqué un double bon pour deux points. Précédemment, Drew Miller, avec un simple, et Michael Hernandez, grâce à un ballon sacrifice, avaient réduit l'écart à 4-2.
Dommage, les Aigles n'ont pu poursuivre sur cette belle lancée quand Joey Side s'est présenté à la plaque avec les sentiers tous occupés. Les Jackals allaient leur faire payer, réussissant le point de la victoire plus tard en huitième. «Une manche de 45 minutes, c'est toujours une bonne chose», analysait l'entraîneur des frappeurs Maxime Poulin, délégué pour une deuxième journée de suite par Laforest pour parler aux médias.
«Peut-être que nous passons trop de temps dans la cage. Chose certaine, je constate une meilleure approche au bâton chez plusieurs de nos joueurs.»
Il dit vrai, puisque les Trifluviens ont néanmoins marqué 15 points en quatre sorties face aux Jackals. Un rendement plus intéressant que lors des dernières semaines, ici même à Trois-Rivières.
Mais à l'image de cette étrange saison 2014, ce n'est jamais suffisant pour l'emporter. Ainsi, Edilson Alvarez a subi un quatrième échec de suite, bien qu'il ait fort bien paru au monticule. Il a d'ailleurs quitté la butte sous les applaudissements nourris des partisans après sept manches et un tiers de jeu (six coups sûrs, autant de retraits sur des prises).
Venu en relève, Nick Purdy, avec un homme sur les sentiers, n'a pu éteindre le feu. Sean Keeler a terminé la soirée sur le monticule.
Carnet de notes
Le tableau indicateur fait jaser depuis quelques matchs. Normal, les spectateurs ignorent, en raison de défectuosités techniques, le nombre de coups sûrs et d'erreurs à la fiche des deux équipes. Le tout devrait être réglé avant le retour de l'équipe la semaine prochaine... Croyez-le ou non, il se pourrait même que le fameux radar soit en service le 30 juillet pour le début de la série face aux Capitales... Avec les 1828 spectateurs présents hier au stade, l'organisation a franchi le cap des 40 000... Le départ du lanceur partant Tyler Wilson porte désormais le total d'artilleurs «abandonnés» par les Aigles en cours de route à dix cette saison... Un nouveau-venu pourrait faire son apparition dans l'entourage du club ce soir. Ce mystérieux individu pourrait même lancer le premier match de la série contre les Boulders, à Pomona... La dernière visite des Aigles dans ce spacieux stade s'était soldée par une éclatante victoire de 22-0. À la suite des trois matchs au programme contre Rockland, l'équipe de Trois-Rivières rendra visite aux Jackals, au stade Yogi-Berra.