Homme de confiance des dirigeants des Aigles de Trois-Rivières, T.J. Stanton a bon espoir d'avoir façonné un club plus compétitif que celui de l'an dernier.

Les Aigles prêts pour la saison

À compter de jeudi soir, à Ottawa, on pourra officiellement commencer à évaluer le travail de T.J. Stanton. Puisque cette équipe des Aigles qui se présentera sur le terrain du Parc RCGT, c'est la sienne.
En effet, le gérant a eu tout le luxe de façonner une formation à son image durant l'hiver et ce printemps.
Arrivé à Trois-Rivières en pleine tempête au mois de juillet 2016, dans les jours suivant le congédiement de Pierre-Luc Laforest et le désistement de Maxime Poulin, l'ancien entraîneur des lanceurs chez les Capitales de Québec a été en mesure de conserver un meilleur pourcentage de victoires que ses prédécesseurs.
Mais voilà, un nouveau défi se dresse devant lui, celui de faire des Aigles une équipe gagnante sur une base régulière. Avec ses trouvailles de la saison morte, il est persuadé qu'il peut y parvenir.
«Quand je regarde mes joueurs à chaque position et que je compare mon alignement à celui des autres clubs de la Ligue Can-Am, je ne suis pas gêné», a lancé Stanton sans détour, lorsque rencontré par Le Nouvelliste avant le départ de ses troupiers pour la capitale fédérale.
Une lourde commande attend les Aigles en ce début de saison, avec la présentation de cinq parties sur la route, toutes contre Ottawa, les champions en titre. Puis, mardi prochain, les Oiseaux inaugureront leur calendrier régulier à la maison en recevant les Boulders de Rockland et leur puissante attaque, au Stade Stéréo Plus.
Si la pluie ne bousille pas les plans, les Aigles joueront 18 matchs de suite avant leur premier congé, le 5 juin! Ceci dit, ça en prendra plus pour donner de l'urticaire au pilote en chef.
«Je préfère avoir ce genre de séquence en début de saison plutôt qu'à la fin. Surtout avec la qualité de nos lanceurs.»
Justement, les succès et les insuccès des Trifluviens passeront, en majeure partie, par le travail des hommes sur le monticule. À la fin de la dernière campagne, Stanton a souvent répété qu'il souhaiter miser, à court terme, sur la meilleure rotation de lanceurs partants du circuit Wolff.
Cette année, si tout se déroule comme prévu, l'as Matthew Rusch sera secondé par le jeune Chris Murphy, le vieux routier ayant évolué au niveau AAA Jeremy Kehrt, Edilson Alvarez et le seul Québécois des Aigles, Guillaume Blanchette. En relève, Nick Sarianides, Angel Rincon et le Cubain Miguel Lahera se partageront la tâche lorsque la situation se corsera dans le dernier tiers des parties.
«Sur papier, j'ai atteint mes objectifs en termes de qualité pour les nouvelles acquisitions. Ce sont tous de très bons lanceurs et même au camp, les joueurs invités m'ont surpris», relate Stanton, qui fut assez impressionné par la tenue de Murphy, un ancien espoir des Astros de Houston de 24 ans.
«Il a le potentiel en lui pour devenir le meilleur lanceur de cette ligue! J'espère le garder longtemps, mais en même temps, s'il lance au sommet de ses capacités, il ne restera pas ici...»
Deux lanceurs en moins... pour l'instant
Stanton devra néanmoins s'armer de patience avant de voir les premiers lancers de Kehrt et Rincon dans l'uniforme rouge et blanc. Le premier s'est blessé pendant le camp et il devra faire une croix sur son premier départ prévu contre les Champions en fin de semaine.
Le Dominicain Rincon, quant à lui, ne possédait pas encore tous les papiers à sa disposition pour rejoindre les Aigles. «C'est dommage de laisser deux lancers de ce niveau loin du terrain, mais ils nous rejoindront assez rapidement.» 
Pour Kehrt, on parle d'une absence de cinq à dix jours.
Un stade à l'image des frappeurs
On le sait, le Stade Stéréo Plus est un parc de frappeurs. Justement, les Aigles ont souvent manqué de puissance ces dernières années. Le retour de Javier Herrera à temps plein et l'addition de Brenden Webb pourraient aider les Aigles à mieux paraître à ce chapitre.
«Herrera, c'est notre troisième frappeur et le grand leader! Webb, les gens vont apprendre à l'aimer, c'est un gars difficile à affronter pour les lanceurs et il est rapide.»
Herrera et Webb partageront le travail au champ extérieur avec Connor Crane et le nouveau venu Trevor Gretzky. À l'arrêt-court, le Cubain Alexander Ayala, 35 ans, vient de connaître la meilleure saison de sa carrière dans son pays natal alors que Zach Mathieu sera le joueur de premier but. Ryan Brockett entamera l'année au deuxième coussin tandis que Daniel Mateo patrouillera le coin chaud, au troisième but. 
Kyle Lafrenz revient pour une quatrième année en tant que receveur, non sans une réputation enviable autant de ses collègues que des autres joueurs du circuit.
«Je sais que c'est la norme de dire ça en début d'année, mais je suis confiant et excité. Comme tous les gérants de la ligue. Play ball