Les Aigles ont fait preuve d'opportunisme pour signer un sixième gain en sept sorties.

Les Aigles font mal aux Champions

Avec une saison des plus décevantes, qui aurait pu croire que les Aigles seraient dans la course aux séries éliminatoires à l'aube du mois de septembre? Et pourtant, avec un gain de 4-0 lundi face aux Champions d'Ottawa, certains ont recommencé à y croire au Stade Stéréo Plus.
Avec seulement cinq coups sûrs et quatre erreurs au tableau, on aurait pu croire que les Aigles ont connu une difficile soirée face aux Champions. Mais la troupe de T.J. Stanton, appuyée par une performance magistrale d'Edilson Alvarez au monticule, a fait preuve d'opportunisme pour signer un sixième gain en sept sorties.
«Alvarez a été extraordinaire et a lancé une excellente partie. Ce n'est pas pour rien que je l'ai pris dans mon équipe pour le match des étoiles. Il a de bons lancers à effet, il nous charge et nous déstabilise. En plus, il lance des balles à effet quand il tire de l'arrière dans le compte. C'est impressionnant», a analysé le pilote des Champions, Hal Lanier.
Parmi les quatre erreurs commises par les Aigles en début de match, une a été le résultat d'un mauvais lancer du partant vers le premier coussin. Alvarez a aussi atteint deux frappeurs dans la partie. Malgré tout, aucun coureur n'a été en mesure de dépasser le troisième but, et les Champions ont laissé 10 hommes sur les sentiers. Le Dominicain a lancé un match complet.
«On avait besoin d'une sortie de qualité de la part d'Edilson, mais je n'en demandais pas autant, souriait Stanton. Est-ce que c'est lui qui a été efficace ou est-ce que ce sont les Champions qui ont manqué d'opportunisme? C'est un peu des deux. Mais je pense qu'avec sa performance de ce soir, l'autre équipe ne peut que lever son chapeau.»
Parlant d'opportunisme, les Aigles en ont fait preuve lundi pour remporter ce premier duel de la série. Même si le partant Daniel Cordero ne leur donnait pratiquement rien, ils ont été en mesure de prendre une avance de 1-0 en troisième sur un cafouillage défensif de Matt Helms. Puis, en sixième, Daniel Mateo et David Glaude sont venus marquer quand la frappe de Javier Herrera n'a pas été captée par Steve Brown dans la droite malgré un plongeon. Herrera a croisé la plaque sur un ballon-sacrifice par la suite, sous les applaudissements des 1700 personnes réunies sur l'avenue Gilles-Villeneuve.
Les séries, toujours possible
La séquence victorieuse des Aigles est des plus surprenantes, particulièrement avec l'absence de son meilleur frappeur, Alexander Ayala. Soudainement, l'équipe se retrouve à cinq matchs et demi des Miners de Sussex avec huit rencontres à faire au calendrier, dont cinq contre ces mêmes Miners. Lundi soir, l'équipe du New Jersey s'est inclinée 7-5 face aux Capitales de Québec. Bien sûr, il faudra plusieurs visites au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap pour qu'un tel scénario miraculeux se produise, mais chose certaine, les Aigles offrent le meilleur baseball de la saison.
«Il y a présentement une attitude dans la chambre où les joueurs sont prêts à relever le défi. On a échappé tellement d'opportunités, mais on est surpris d'être encore en position pour faire les séries. C'est un nouveau momentum et tout le monde essaye vraiment fort. On a moins de pression que les autres équipes devant nous. C'est peut-être pour ça que c'est plus facile.»
Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, Stanton a obtenu la confirmation qu'Ayala pourrait être de retour au jeu très prochainement. Une bosse de la grosseur d'une balle de golf située sous son bras avait été découverte la semaine dernière et on craignait le pire. Fort heureusement, le diagnostic n'est pas inquiétant et il pourrait être en uniforme dès mardi.
Un duel entre le Québécois Philippe Aumont et le Québécois d'adoption Matthew Rusch attend les amateurs mardi soir. Rusch a d'ailleurs été nommé lanceur de la semaine dans la Can-Am lundi, tout comme Daniel Mateo en offensive.