Amélie Lavallée sera sur la ligne de départ en côte à côte lors de la prochaine édition des 12 heures d'endurance de La Tuque.

Les 12 millions de bonheurs d'Amélie

Le passage d'Amélie Lavallée aux 12 heures d'endurance de La Tuque aura marqué l'édition 2015. L'ancienne championne de quad s'est retrouvé sur la ligne de départ pour la première fois depuis son accident de travail qui l'a rendue paraplégique.
«C'est peut-être encore les 12 douleurs, mais je peux vous dire que c'est aussi les 12 millions de bonheurs de La Tuque. C'était débile. J'ai capoté. C'est au-delà de mes espérances! Je venais ici seulement pour avoir du plaisir et en plus je fais une bonne position! Qu'est-ce que je pourrais demander de plus?», a lancé Amélie à sa sortie de piste.
Son histoire a touché tout le monde sans exception aux 12 heures d'endurance de La Tuque. Elle a été chaudement applaudie par les spectateurs à chaque manche et par ses pairs à la remise de trophées.
«Ça me touche vraiment et ça me motive. J'ai senti beaucoup d'encouragement et de support. C'est vraiment agréable de voir un public comme ça qui t'appuie. Ça ajoute au bonheur de ma fin de semaine», confirme-t-elle.
D'ailleurs Amélie Lavallée ne ferme pas la porte au GP3R qui l'a formellement invitée. «C'est important pour nous autres de l'avoir, parce que ça démontre que le sport automobile est un sport inclusif. [...] J'aime la dimension humaine là-dedans. C'est un sport de passionné et Amélie, c'est vraiment le meilleur exemple de passionnée qu'on peut avoir», a affirmé Dominic Fugère, directeur général du GP3R.