Alex Bellemare

Les 10 éléments et athlètes

Que réserve l’année 2018 pour le sport en région? Certains athlètes tenteront de se qualifier pour les Jeux olympiques, alors que pour d’autres, ce sera une tentative de se hisser parmi les meilleurs au monde. La Mauricie sera aussi l’hôte de plusieurs événements digne de mention, que ce soit en accueillant des compétitions majeures ou encore en célébrant d’importants anniversaires. "Le Nouvelliste" vous présente, les 3 et 4 janvier, les 10 éléments à surveiller pour 2018.

Les Olympiques pour Alex Bellemare?

Si les astres sont alignés, Alex Bellemare sera le premier olympien à représenter la Mauricie lors des Jeux olympiques d’hiver depuis l’orgueil de Sainte-Thècle, Éric Bédard. Mais Bellemare pratique un tout autre sport, celui du ski slopestyle, moins connu de la masse.

Le slopestyle est issu des sports extrêmes, mais a fait son apparition aux Olympiques en 2014. Reste-t-il que la discipline est à découvrir pour plusieurs spectateurs. Ils devraient le faire si Bellemare est présent à PyeongChang.

Pour ce faire, le skieur originaire de Saint-Boniface devra accumuler quelques bons résultats dans les prochaines semaines afin de faire sa place parmi l’équipe canadienne, qui devrait accueillir trois skieurs. Si elle devait en recevoir quatre, le siège de Bellemare serait pratiquement assuré.

Par la suite, tout dépendra du tracé qu’offrira le site olympique situé en Corée du Sud. Un endroit que connaît bien Bellemare puisqu’il y a remporté la Coupe du monde de février 2016. Mais les parcours en slopestyle changent à chaque visite. Plus les modules seront à son goût, et meilleures seront les chances que la région célèbre un médaillé en février.

Marc-Antoine Camirand

Un volant à temps plein

Les bonnes nouvelles sont au rendez-vous pour les pilotes automobiles de la région. Après Jean-François Dumoulin l’an dernier avec Spectra Premium, c’est au tour de Marc-Antoine Camirand d’annoncer qu’il évoluera à temps plein dans la série NASCAR Pinty’s la saison prochaine. Le pilote de Saint-Léonard-d’Aston a été en mesure de faire passer de quatre à treize épreuves son entente avec son commanditaire, GM Paillé. 

Logiquement, Camirand sera le meilleur pilote chez Chevrolet, ce qui devrait lui donner une excellente visibilité au sein de la compagnie, particulièrement s’il peut récolter une victoire, ce qu’il n’a jamais fait en NASCAR Pinty’s.

Mais Camirand ainsi que les frères Louis-Philippe et Jean-François Dumoulin se présenteront sur la grille de départ d’une série dont la santé n’est pas à son meilleur. Seulement trois courses auront lieu au Québec lors de la prochaine saison – dont le GP3R – , l’épreuve d’ICAR ayant été rayée de la carte. Pourtant, six des huit meilleurs pilotes de la dernière saison étaient originaires du Québec. 

Pour la première fois, la série fera un saut au pays de l’Oncle Sam, avec un arrêt au New Hampshire Motor Speedway lors d’un méga week-end. On pourra voir de quel bois se chauffent les pilotes canadiens sur une piste de calibre international, d’une distance d’un mile, eux qui doivent s’élancer sur des tracés qui représentent parfois le tiers de cette distance.

Hugo Houle

Hugo Houle chez Astana

Tout un changement de cap pour Hugo Houle en 2018. La fierté de Sainte-Perpétue s’alignera désormais pour l’équipe kazakhe de cyclisme Astana, après cinq ans avec AG2R La Mondiale. Il sera intéressant de voir quel sera l’effet de ce déménagement pour Houle qui, à 27 ans, s’apprête à attaquer les meilleures années de sa vie de cycliste professionnel.

Il a eu la chance d’effectuer un premier bain de foule le mois dernier, dans un chic hôtel d’Astana, la capitale du Kazakhstan. Houle s’est par la suite envolé pour l’Espagne, où il a pris part à un camp d’entraînement avec ses coéquipiers. Lors de sa dernière entrevue avec Le Nouvelliste, à la mi-décembre, Houle ignorait toujours les plans précis de son équipe envers lui, mais il aura certainement la chance de tester les vélos québécois Argon 18 lors des classiques belges de début d’année.

De bons résultats pourraient placer avantageusement le Centricois en vue du prochain Tour de France. Il s’agit du seul Grand Tour auquel il n’a pas toujours pas participé.

Mary-Sophie Harvey

La progression de Mary-Sophie Harvey

À pareille date l’an dernier, la nageuse Mary-Sophie Harvey entrait dans la cour des grands en signant le deuxième meilleur temps au monde en petit bassin au 400 m quatre nages, en plus de fracasser deux records canadiens. Il s’agissait du premier pas d’une année qui allait lui permettre de participer aux plus importantes compétitions de la scène internationale, dont les Mondiaux FINA, où elle a compétitionné en solo ainsi qu’en équipe. Elle a d’ailleurs pris part à la finale A du relais 4 x 200 m libre lors de cette compétition. 

À 18 ans, et avec plus d’expérience dans son bagage, le futur semble plus que prometteur pour la Trifluvienne, particulièrement lorsqu’on sait que dans son épreuve de prédilection, le 400 m quatre nage, elle concède près de 10 ans aux trois athlètes ayant enregistré de meilleurs temps qu’elle en 2017 en grand bassin.

Parmi les compétitions majeures qui l’attendent en 2018 figurent entre autres les Jeux du Commonwealth, le Canada ayant confirmé sa place pour l’événement en septembre dernier.

Antoine Thibeault

Antoine Thibeault sera-t-il plus chanceux?

C’est à souhaiter que oui! Le spécialiste du 3000 m steeple-chase vivra une grosse année alors qu’il entrera officiellement dans le processus olympique qui, espère-t-il, le conduira aux Jeux de Tokyo en 2020. En compagnie d’autres coureurs canadiens, il est déjà en Floride pour un entraînement d’environ trois mois.

Thibeault voudra se qualifier pour le Championnat nord-américain d’athlétisme, prévu en août à Toronto. L’été dernier, il n’avait pas mal paru lors de compétitions internationales de moyenne importance, mais n’avait pas été chanceux non plus. Une chute dès la première rivière du 3000 m steeple, dans une course en France, l’a forcé à l’abandon alors qu’il se frottait à des adversaires très solides. Quelques semaines plus tôt, il avait été victime d’une chute... et d’un vol dans le vestiaire réservé aux athlètes, pendant une compétition en Belgique! 

Une septième place lors d’une course en Californie lui avait insufflé beaucoup de confiance, sauf que sa guigne en Europe l’avait privé d’un standard pour les Mondiaux d’athlétisme de Londres. Une blessure devait plus tard le tenir à l’écart des Universiades. 

L’un des bons athlètes de sa discipline au Canada à l’heure actuelle, Antoine Thibeault peut aspirer à forger encore davantage sa place sur l’échiquier national du steeple-chase.