La Mauricie aura une équipe majeure de moins dans son paysage, avec la disparition des Draveurs de la LNAH.

L’équipe dont personne ne voulait

CHRONIQUE / Ça fait des années que les vautours rôdent autour de la concession trifluvienne de la Ligue nord-américaine de hockey. Tout indique maintenant qu’ils peuvent enfin se régaler!

La LNAH ne fait rien comme les autres. N’y voyez pas un compliment! Mais ça incite à la prudence quand vient le temps d’écrire sur un dossier.

Donc, allons-y de cette façon: à moins d’un revirement de dernière minute, les Draveurs s’en vont véritablement au cimetière des équipes sportives trifluviennes, assez garni merci par ailleurs.

Il y a quelques semaines, c’était le scénario le plus plausible quand Yves Tremblay et la Ville de Trois-Rivières n’avaient pu trouver un terrain d’entente. L’homme d’affaires se disait prêt à prendre un certain risque, à condition de se sentir bien appuyé dans l’opération sauvetage. Grosso modo, il y avait 25 000 $ d’écart entre l’offre de la Ville, et les demandes de Tremblay. Personne n’a voulu combler cet écart, le projet est resté dans les cartons.

Depuis ce temps, les cinq clubs de la LNAH ont posé des questions à Dean Lygitsakos, l’homme de confiance de Tremblay. Ces clubs, désespérément à la recherche d’une sixième concession, auraient bien pu combler l’écart via une aide financière afin que tous puissent aller de l’avant. Ils ont plutôt décidé de se passer de Trois-Rivières. Il y a des promoteurs de Berlin toujours sur les rangs pour prendre le relais. Si ça marche, tant mieux. Sinon, les cinq clubs ont décidé de quand même lancer la prochaine saison, alors qu’ils avaient promis le contraire en mai!

Dans le fond, les Draveurs, c’est l’histoire d’une équipe dont plus personne ne voulait. Yves Tremblay était intéressé, mais uniquement à ses conditions. La Ville voulait bien continuer à héberger une équipe de ce calibre, mais pas au point de bonifier l’aide qu’elle était prête à accorder à Étienne Boileau, un homme d’affaires de la métropole qui s’est cassé la gueule l’an dernier. La LNAH, elle, a souvent affirmé sur la place publique son attachement envers le marché central trifluvien, mais pas question d’allonger un peu de fric pour le maintenir en vie.

Donc, la Mauricie aura une équipe majeure de moins dans son paysage. Il y avait de la congestion pas mal, les autres clubs ne seront certainement pas mécontents.

La Ville de Trois-Rivières non plus, à mon avis: deux ans sans produit d’appel sur la glace, ça pourrait aider à remplir le nouveau Colisée si celui-ci attire bel et bien une équipe de la LHJMQ ou de l’ECHL…