Steve Turcotte
Sans Shea Weber, le Canadien ne pourra s’enliser que davantage cet hiver.
Sans Shea Weber, le Canadien ne pourra s’enliser que davantage cet hiver.

L’enfer pour Lafrenière?

CHRONIQUE / Ceux qui visent Claude Julien comme responsable de la dégringolade du Canadien se trompent de cible. Il a des défauts comme tout le monde, ce vieux routier, mais on ne peut certainement pas lui reprocher de ne pas soutirer le maximum de ses effectifs.

Il se débrouille depuis son arrivée sans défenseur gaucher numéro un, sans centre dominant, et avec un des top 6 en attaque les plus faibles de la ligue. Cette équipe se bat néanmoins sans relâche depuis deux ans. C’est exactement le job de Julien, de s’assurer que tout le monde tire le plus fort possible sur la couverture. C’est un pilote, pas un magicien… Comment voulez-vous qu’il s’en tire si, en plus, il est privé de quatre de ses neuf meilleurs attaquants, blessés?

S’il faut trouver un coupable pour la situation actuelle, il faut regarder plus haut. Marc Bergevin est l’architecte de ce club. C’est lui qui fait les transactions, qui accorde les contrats, qui embauche ses assistants et les dépisteurs.

Le Canadien paie pour les premières années de son règne. Il y a eu tous ces premiers choix gaspillés. Allez voir la liste, elle est épeurante! Bergevin a aussi dilapidé un paquet de choix pour greffer des vétérans à son noyau, dont plusieurs étaient usés à la corde. Juste Andrew Shaw a coûté, potentiellement, Samuel Girard et Alex Debrincat!

Et puis son ego semble l’avoir bien mal servi dans les dossiers de P.K. Subban, Andrei Markov et Alexander Radulov. Bien sûr, Shea Weber le fait mieux paraître cette année, parce qu’il produit offensivement au rythme de ses meilleures années en carrière, pendant que Subban en arrache. Mais dans les premières années suivant la transaction, Subban a eu le dessus, alors que ce devait être le contraire. Rappelez-vous, Weber devait être le capitaine tant recherché, celui capable de mener les troupes au succès dans l’adversité. Le Canadien s’enligne pour une quatrième exclusion des séries en cinq ans, Weber n’a certainement pas eu l’impact désiré.

Une approche différente

Bergevin a corrigé le tir depuis deux ans. Au lieu de continuer à garrocher ses choix, il les empile. Il a très bien manœuvré dans le dossier explosif de Max Pacioretty. Il a sorti Alex Galchenyuk à temps, obtenant un meilleur joueur en retour. Joel Armia s’avère une prise intéressante, tout comme Ben Chiarot. Et puis Trevor Timmins semble avoir eu la main heureuse avec Cayden Primeau et Alexander Romanov, qui seront bientôt prêts à contribuer. Si seulement, il avait préféré Quinn Hughes à Jesperi Kotkaniemi, le Canadien aurait son défenseur gaucher numéro un pour les 10 prochaines années! Espérons que Kotkaniemi sera en mesure de se développer comme un véritable centre top 6 sinon, cette décision de passer à côté d’un gars comme Hughes fera très mal…

Des décisions à prendre

Même si l’avenir s’annonce plus prometteur que le présent, Geoff Molson doit quand même s’interroger sur le bilan global du directeur-gérant qu’il affectionne tant. Bergevin, Timmins, et le reste du country club sont-ils les plus qualifiés pour poursuivre le rajeunissement de l’équipe?

La marque du Canadien s’est effritée depuis quelques années, il y a maintenant des bancs libres au Centre Bell. Et même sur le marché de la revente secondaire, les prix ont chuté! Tenez, pour l’anniversaire de fiston, j’ai acheté des billets pour le match de jeudi soir face aux Oilers d’Edmonton de Connor McDavid en fin de semaine dernière. Je les ai obtenus au prix réel. En début de saison, ils se vendaient le triple!

Molson est un homme d’affaires d’abord et avant tout, ça doit le chicoter pas à peu près.

Les prochaines décisions prises par le personnel hockey seront donc très importantes. Elles peuvent être prises par Bergevin, à condition qu’il accepte d’accentuer le virage jeunesse. C’est la seule avenue logique rendu à ce point-ci.

La première étape est de monnayer l’homme-montagne. Il reste cinq saisons au contrat de Weber, ça va rapidement devenir un boulet. Mais il traverse actuellement une saison magnifique et il n’a aucune clause restrictive, alors le Canadien peut le transiger n’importe où! Vu sa cote dans la ligue, on imagine assez facilement la surenchère qui peut s’installer…

Sans Weber, le Canadien ne pourra s’enliser que davantage cet hiver. C’est loin d’être une mauvaise chose, avec un surdoué comme Alexis Lafrenière disponible au prochain repêchage. Améliorer significativement ses chances de remporter la loterie ne garantit pas de mettre la main sur Lafrenière, mais les probabilités de choisir dans le top 5 seront très, très élevées. Or Mitch Marner, Jack Eichel, Elias Pettersson, Cale Makar, Patrik Laine, Andrei Svechnikov, Pierre-Luc Dubois, Miro Heiskanen et Kaapo Kakko ont tous été réclamés entre les échelons 2 à 5 au cours des cinq derniers repêchages… Le talent est abondant dans le top 5. Suffit de parier sur le bon cheval une fois rendu au micro.

Alors, l’enfer pour Lafrenière comme thème pour les prochains mois? Le public est prêt à ça. La situation le commande.

Molson doit donner cette orientation à son directeur général, ou en trouver un autre prêt à passer à l’action. À ce sujet, il y a une ancienne gloire de l’équipe qui a fait ses classes dans le junior et qui a même de l’expérience dans la LNH, et qui attend juste un appel pour boucler ses valises.