Champion du calendrier régulier, le Viking de Trois-Rivières n'a pas été en mesure de transposer ses succès en séries éliminatoires et il a été éliminé par l'Isothermic de Thetford Mines lors du septième match de la demi-finale opposant les deux équipes dimanche.

Le Viking rend les armes

À court de ressources, le Viking de Trois-Rivières n'a pas tenu le coup face à l'Isothermic de Thetford Mines lors du septième match de la série demi-finale. Deux buts rapides des visiteurs en milieu de deuxième période ont scié les jambes des Trifluviens, qui se sont inclinés par la marque de 5-2.
<p>Les joueurs du Viking ont effectué un dernier tour de patinoire après leur élimination par l'Isothermic dimanche.</p>
Les hommes d'Alain Côté avaient pourtant réussi à s'emparer d'une avance de 1-0 à la 13e minute du deuxième engagement. Un but qui aurait pu leur donner des ailes, n'eut été de la réplique de l'Isothermic, qui a marqué à deux occasions avant même que l'annonceur ait le temps d'indiquer que Benjamin Casavant était le marqueur du Viking.
Ce doublé, réalisé en 39 secondes par Karl Gagné et Pierre-Luc Sleigher, a lancé l'Isothermic.
«Le non verbal a changé et on l'a vu. En plus, nous avons marqué un troisième but dès le début de la troisième période. Avec le club que nous avons, j'étais pas mal sûr que nous n'allions pas leur permettre de revenir», a analysé le pilote de Thetford Mines, Bobby Baril, après la rencontre.
Cette avance de 3-1 a été acquise de façon controversée par l'Isothermic, puisque la rondelle semblait avoir été immobilisée par Marco Cousineau sur la ligne des buts. L'officiel qui n'a jamais pointé vers le filet, a décidé d'accorder le but.
Avec le vent dans les voiles, les visiteurs ont fait scintiller la lumière rouge avant la 10e minute de la troisième période, l'oeuvre de Simon Courcelles. Thomas Beauregard a bien tenté de relancer les siens en battant Desfossés avec quatre minutes à faire à la rencontre, mais ce ne fut pas suffisant. L'ancien des Patriotes de l'UQTR, Christophe Losier, a complété le tout dans un filet désert.
Particulièrement efficaces en défensive, les hommes de Bobby Baril ont su restreindre l'accès à leur gardien, Kevin Desfossés, pendant presque tout le match. Il faut dire que les Trifluviens ont su se compliquer la tâche lors de l'affrontement en tentant le jeu parfait plutôt que de tirer la rondelle vers la cage.
«On n'a pas été habitués de tirer de l'arrière cette année, ça ne nous est pas arrivé souvent. Il ne faut pas se cacher, nous avons essayé d'en faire trop. Quand nous tirions de l'arrière, nous avons peut-être poussé un peu trop et fait preuve d'impatience. C'est ça, le manque d'expérience. Nous avons une équipe jeune et je pense que les gars vont avoir appris beaucoup de cette saison», a affirmé le capitaine du Viking, Tommy Lafontaine, après la rencontre.
Baril était d'ailleurs d'avis que l'expérience de ses vétérans a joué un rôle d'une importance capitale dans ce septième match.
«Le Viking a joué une excellente série, mais je pense que nous sommes plus en santé qu'eux. On a une équipe physique et nous l'avons été toute la série. Je pense que ç'a payé aujourd'hui. Leurs défenseurs sont excellents, mais ce soir, je pense qu'ils étaient au bout du rouleau.»
Du hockey exemplaire
La rivalité entre le Viking et l'Isothermic n'est plus à faire, les deux formations en étant à leur troisième affrontement en autant d'années lors du tournoi printanier. Après la rencontre, les deux pilotes n'avaient que de bons mots à dire envers l'adversaire.
«En début de saison, c'était l'équipe qui devait tout rafler. Ils ont eu de la misère à trouver leur chimie, mais on a vu qu'en séries éliminatoires, les joueurs se sont ralliés», a rappelé Côté.
«Les amateurs ont eu droit à de l'excellent hockey. Il n'y a pas eu de niaiseries, c'était une série incroyable. Ils ont un club incroyable, mais nous avons beaucoup de vétérans qui ont du caractère et ç'a paru ce soir», a mentionné Baril.
L'Isothermic fera maintenant face aux Marquis de Jonquière en finale de la Coupe Canam. Le pilote thetfordois est d'avis que la troupe de Dean Lygitsakos représente un défi tout aussi relevé que l'était le Viking.
«Si tu veux gagner le championnat, tu dois battre les meilleurs clubs. Nous venons de battre les champions de la saison régulière et si nous voulons lever le morceau de métal, nous allons devoir battre les champions en titre», a-t-il conclu.