Le Viking a eu l'avance jusqu'en début de troisième période, mais s'est finalement incliné par la marque de 4-3 face aux Marquis, hier au Colisée.

Le Viking devra attendre

Le Viking de Trois-Rivières devra patienter avant de sabrer le champagne. Les hommes d'Alain Côté espéraient bien remporter le championnat de la saison régulière de la LNAH, vendredi au Colisée. Les Marquis de Jonquière en ont toutefois décidé autrement et ont signé un gain 4-3, leur permettant de rester dans la course au premier rang.
Les Trifluviens détenaient pourtant une avance de 3-2 sur les visiteurs en début de troisième période. Marc Beaucage a toutefois remis les pendules à l'heure en nivelant la marque dès la troisième minute de jeu, alors qu'il avait été abandonné dans l'enclave face au gardien Marco Cousineau. Puis, Hugo Carpentier a donné l'avance à la troupe de Dean Lygitsakos en milieu d'engagement.
Le Viking a tenté le tout pour le tout en retirant son gardien avec une vingtaine de secondes à faire à la partie, mais la poussée offensive s'est heurtée au gardien Pier-Olivier Pelletier. Chez les visiteurs, Marco Charpentier a connu un fort match avec une récolte de deux buts. Marc-André Huot, du côté des Trifluviens, l'a imité.
Fait étonnant, aucun combat n'a eu lieu lors de ce match, un fait plutôt rare lorsqu'on connaît la rivalité qui anime ces deux équipes, qui croiseront de nouveau le fer samedi, cette fois, au Palais des sports de Jonquière.
Le chandail de Rodier retiré
Avant la rencontre, le Viking a procédé au retrait du chandail de Sylvain Rodier, devant une dizaine de ses coéquipiers de l'équipe championne de la Coupe Futura 2008. L'attaquant a livré un discours rempli d'émotion, et ce, même s'il était particulièrement nerveux de devoir s'adresser à la foule de 1311 personnes.
«C'est certain que d'avoir mes coéquipiers à mes côtés a aidé. Nous avons vécu tellement de hauts et de bas lors de cette saison. Les bagues de championnat, on ne les porte jamais, c'est si gros, mais ce soir (vendredi), tout le monde l'avait à son doigt», a souligné Rodier.
Le hockeyeur de 36 ans a eu de bons mots pour ses coéquipiers, sa famille, les propriétaires de l'équipe, Léo-Guy Morrissette et Alain Guay, ainsi qu'envers ses anciens entraîneurs Dean Lygitsakos et Éric Haley. D'ailleurs, le Viking avait décidé d'enterrer la hache de guerre, le temps de cette célébration, en invitant les deux entraîneurs des Marquis à se joindre à la célébration. Lygitsakos et Halley ont toutefois préféré féliciter leur ancien protégé à partir du banc de leur équipe.
Rodier regrettait toutefois d'avoir oublié de remercier les partisans qui l'ont appuyé lors de ses huit saisons au sein de l'organisation du Caron et Guay. «Que ce soit à Pont-Rouge ou à Trois-Rivières, ils ont toujours été formidables, et ce, même dans les années difficiles. J'ai toujours aimé jouer à Trois-Rivières et j'ai hâte de revenir dans dix ans et montrer à mes enfants que c'est le nom de papa qui est hissé en haut», a-t-il avoué.
Carnet de notes
La médaillée d'argent en snowboard cross lors des derniers Jeux olympiques, Dominique Maltais, était une spectatrice attentive dans les gradins du Colisée de Trois-Rivières. Son conjoint, Yann Poirier, évolue pour les Marquis.