Les cadets du Séminaire Saint-Joseph ont répété leur exploit de l’année dernière en remportant, dimanche, le championnat provincial cadet dans la division 2b.

Le Vert et Or remet ça!

Trois-Rivières — Il n’y a rien de pire pour un jeune athlète que d’être blessé et devoir encourager ses coéquipiers sur les lignes de côté.

Dans les dernières semaines, Antonin Roy a été tenu à l’écart du terrain en raison d’une blessure, mais parions qu’il se souviendra longtemps de son retour à la compétition.

Le porteur de ballon et receveur du Vert et Or cadet a couru pour près de 150 verges, dimanche au stade Diablos, alliant ses forces à celles de Xavier Gaillardetz pour offrir au Séminaire Saint-Joseph une victoire en finale interrégionale, 24-2 contre les Centurions de la polyvalente Deux-Montagnes.

Ajoutez à cette redoutable paire une défensive alerte et vous avez la recette parfaite pour célébrer au terme d’un match de football. C’est la deuxième fois en autant de saisons que les cadets du Vert et Or déploient la bannière des champions provinciaux de la division 2-b.

Si Roy a accumulé les verges à un rythme soutenu, Gaillardetz a marqué les trois touchés des siens, dont un par la passe. Doté d’un physique avantageux, l’étudiant de troisième secondaire fut l’un des joueurs les plus dominants de son équipe pendant toute la saison.

Or, malgré son statut, on l’a vu apporter de l’eau à ses coéquipiers en fin de rencontre, alors que la cause était déjà entendue. Un grand joueur, ça se reflète aussi à l’extérieur du terrain. «On a mis des points sur le cadran rapidement, ça nous a mis en confiance», relatait l’adolescent, fort élogieux envers ses camarades.

«Notre quart-arrière, mon ami Simon Brunelle, m’a fait confiance. Quant à Antonin, même si c’est sa première année, il n’a pas mis de temps à apprendre les rudiments du football.»

Roy, dont le frère Maximilien évolue pour le Vert et Or juvénile, a effectivement réussi son intégration, lui qui est d’abord un joueur de soccer. Il a réalisé le jeu clé du match au premier quart en s’échappant sur 72 verges. Un touché a suivi cette belle séquence. C’était le deuxième du Vert et Or.

«La défensive a facilité notre travail, confiait Antonin Roy. C’est toujours plus facile d’inscrire des points avec une position avantageuse sur le terrain.»

Jordan Bégin est l’un de ceux qui se sont distingués sur l’unité défensive.

Une foule enthousiaste d’environ 500 personnes, la plupart vendues à la cause du Vert et Or, a assisté au match, disputé sous quelques flocons.

Questionné à savoir lequel des deux championnats (2016 ou 2017) était le plus satisfaisant, Xavier Gaillardetz avait cette réponse. «Honnêtement, je dois dire que c’est le prochain.»

Les juvéniles refont le coup

Décidément, il fait bon être un joueur de football du Vert et Or par les temps qui courent. 

Après les victoires des benjamins et des cadets dans leur finale respective, l’équipe juvénile a causé une petite commotion en battant Charles-Lemoyne sur leur terrain, vendredi.

C’est donc dire que le Vert et Or retournera au Bol d’or, après avoir échappé la finale de 2015. Les adolescents dirigés par Hugo Gélinas l’ont emporté 15-14 sur les Dynamiques, dans un froid sibérien pour cette période de l’année.

Les Trifluviens ont remporté la mise en inscrivant un point sur un botté de dégagement, en fin de rencontre. «On n’a pas gagné de la plus belle des façons. En fait, c’était à l’image de la température», souriait Gélinas dimanche, quelques minutes après l’ultime victoire des cadets au stade Diablos.

C’est la deuxième fois en trois ans que le Vert et Or parvient à vaincre les Dynamiques à Longueuil en éliminatoires. «On a perdu quelques-uns de nos réguliers durant la partie, donc des réservistes ont pris le relais et ils s’en sont bien tirés. Je suis fier de notre effort collectif.»

Les joueurs du SSJ tenteront de gagner un premier championnat du Bol d’or depuis 2006, samedi prochain quand ils affronteront Armand-Corbeil, à Montréal.