Depuis quelques jours, on constate un fort achalandage sur la piste cyclable de Trois-Rivières. Cyclistes, marcheurs et patineurs s’y mêlent dans le contexte de distanciation sociale.
Depuis quelques jours, on constate un fort achalandage sur la piste cyclable de Trois-Rivières. Cyclistes, marcheurs et patineurs s’y mêlent dans le contexte de distanciation sociale.

Le vélo aura la cote en Mauricie

Trois-Rivières — Depuis quelques heures, propriétaires et employés d’ateliers spécialisés dans la vente et la réparation de vélos ont peu de temps libre: la réouverture de ces commerces était attendue. Il faut d’ailleurs prévoir une hausse du nombre de cyclistes ce printemps, que ce soit sur les pistes cyclables ou en bordure de route.

Des centaines de personnes à travers la région ont profité du beau temps, le week-end dernier, pour sortir à vélo. Ils seront encore plus nombreux dans les semaines à venir, car les choix ne manquent pas, même si le parc national de la Mauricie ne sera pas accessible aux utilisateurs avant au moins le 1er juin.

«La Mauricie, en ce moment pour un cycliste, c’est le paradis du confinement», sourit Luc Arseneault, du Club de vélo de Saint-Boniface.

Le fait que les routes soient pratiquement désertes favorise la sortie quotidienne sur quelques-uns de nos plus beaux chemins, et ce peu importe la MRC.

«Quand le parc national ouvrira ses portes, ce sera encore mieux, surtout avec les travaux d’asphaltage qui ont été faits. Tout a été remis à neuf, les gens sont respectueux et il y a peu de trafic.»

Des voix s’élèvent, ces jours-ci, pour demander aux gouvernements et à la Santé publique de considérer l’ouverture des parcs nationaux. Parions que plusieurs adeptes de plein air, à commencer par les cyclistes, attendent impatiemment des nouvelles positives de ce côté.

«Oui, on prédit une saison plus achalandée qu’à l’habitude», explique Tamara Mondello, de Passion Vélos Trois-Rivières.

«Beaucoup de clients redécouvrent en quelque sorte le vélo, les ventes sont beaucoup plus rapides que la saison dernière, c’est-à-dire que plusieurs clients achètent dès leur première visite en magasin. Notre atelier déborde de vélos qui n’ont pas été utilisés depuis longtemps, alors j’imagine qu’il y aura plus de cyclistes dans les rues. La situation actuelle nous amène à travailler différemment, mais les clients sont compréhensifs, ce qui explique probablement les achats et prises de décision rapides.»

La Ville de Trois-Rivières avait annoncé, lors de son dernier budget, qu’elle augmenterait de 500 000 $ ses investissements dans le réseau cyclable. C’est donc 1 M$ par année qui sera injecté dans les pistes cyclables. Un avis de motion a été déposé en ce sens, mardi, lors de la séance publique du conseil municipal.

«Il y aura de l’affichage rappelant les mesures de distanciations le long des pistes cyclables, semblable à ce qui s’est fait dans les parcs», mentionne le porte-parole à la Ville, Guillaume Cholette Janson, qui invite les citoyens à consulter la section Vélo du site web de la Ville afin de consulter, par le biais d’une carte interactive, les endroits pour pratiquer ce loisir en toute sécurité.

Éviter les pelotons

Pour le moment, il n’est pas conseillé de se regrouper entre amis pour une séance à vélo. On oublie donc les pelotons et les randonnées en groupe.

Ceci dit, certains clubs encourageront la sociabilité par le sport, mais de façon virtuelle. Des programmes comme Zwift, proposant des entraînements en ligne en mode multijoueurs, connaissent un boom depuis le début du confinement.

Le 16 mai, le Club de Saint-Boniface organise un contre-la-montre, dans un quadrilatère situé à l’extérieur du village. Un parcours de 7 km sera proposé, avec des règles claires de distanciation.

Entre 7 h et 20 h, ceux qui le souhaitent pourront se mesurer aux autres cyclistes qui répondront à l’invitation. Tous les chronos seront enregistrés grâce à l’application Strava et un classement virtuel sera compilé en fin de journée. Une façon de garder l’esprit compétitif en cette période où les occasions s’y prêtent plus ou moins. Les détails sont disponibles sur la page Facebook CLM de Saint-Boniface.

Si le rendez-vous s’avère un succès, les organisateurs pourraient répéter l’expérience, mais ailleurs dans la région.