C'est la première fois qu'une institution scolaire prend l'entière responsabilité de l'organisation du Takefman. De gauche à droite, la directrice de l'école des Pionniers Johanne Alarie, le responsable des sports Sébastien Provencher ainsi que les basketteurs Thomas Héon et Anne-Sophie Dugré.

Le tournoi Takefman est sauvé

On parle du plus vieux tournoi de basketball scolaire au Canada, d'une icône pour tous les athlètes qui y ont participé depuis 1948. Une véritable source de fierté pour la Mauricie, mais un joyau qui aurait pu disparaître pas plus tard que l'an dernier, après une difficile 66e édition.
Confrontés à plusieurs problèmes autant financiers que de recrutement, les bénévoles étaient prêts à mettre la clé sous la porte, non sans regret.
Vendredi, grâce à la volonté de l'école secondaire des Pionniers, le Takefman célébrera ses 67 ans alors que 39 équipes de partout au Québec prendront d'assaut quatre plateaux sportifs du grand Trois-Rivières.
C'est la première fois qu'une institution scolaire prend l'entière responsabilité de l'organisation. Pour le responsable des sports Sébastien Provencher, il n'était pas question de laisser mourir le Takefman... et toute l'histoire s'y rattachant. «Je me suis dit qu'on n'avait pas le choix de l'essayer une dernière fois. Nous avons trouvé une case horaire satisfaisante en le repoussant d'une semaine par rapport à celui de l'an dernier. On a même refusé une vingtaine d'équipes par manque de terrains.»
Étonnamment, il n'y aura pas beaucoup de représentants mauriciens lors de cette 67e classique. Probablement parce que la plupart des écoles croient encore que le Takefman n'est réservé qu'à l'élite, estime Provencher. Pourtant, seules deux des six catégories impliqueront des équipes de division 2, soit le benjamin masculin et le juvénile féminin. Au total, cinq classes forment le tableau du Takefman 2014.
«Nous accueillerons encore cette année beaucoup de visiteurs de l'Estrie, de la Montérégie, de l'Outaouais, de Québec et du Saguenay.»
Bref, les temps ont bien changé. À l'époque, le Takefman couronnait, au printemps, la meilleure équipe de basketball de la Mauricie. «Les temps ont changé, mais la tradition demeure. Madame (Micheline) Guillemette nous a permis de garder le nom et on la remercie.»
Redorer le programme
En acceptant de prendre la charge de l'organisation, Sébastien Provencher admet au passage que l'objectif de cette démarche consiste à mettre en valeur le programme de basketball des Gothics, qui compte cinq équipes.
«On souhaite lui redonner ses lettres de noblesse, un peu comme nous l'avons fait avec le hockey, le football et le soccer. Il s'agit de notre quatrième discipline en restructuration.»
Le RSEQ soulagé
Au Réseau du sport étudiant du Québec, section Mauricie, la nouvelle a été reçue avec soulagement et optimisme. «Pour nous, ça devenait de plus en plus lourd d'organiser un tel événement, surtout que ça ne cadre pas dans notre mandat», explique la directrice générale Micheline Guillemette, qui avait sauvé une première fois le Takefman il y a environ cinq ans.
«Je suis contente de voir que c'est l'école des Pionniers qui prend le relais. Ils ont prouvé par le passé qu'ils sont en mesure de planifier des événements d'envergure, entre autres des championnats provinciaux. Je pense que l'avenir s'annonce meilleur.»
Le Takefman de Trois-Rivières débute vendredi et se conclura dimanche. En plus du gymnase de l'école des Pionniers, l'école Chavigny, le Collège Laflèche et le pavillon des Humanités du Cégep de Trois-Rivières serviront de plateaux pour les compétitions.