Taylor Brennan est devenu le favori de la foule au stade Stéréo+.

Le stade à ses pieds

TROIS-RIVIÈRES — Personne ne se doutait, il y a un an, qu’une transaction entre les Aigles et les Jackals changerait le portrait de l’équipe trifluvienne. Même qu’à l’époque, le départ du releveur Kyle Hansen et l’arrivée d’un certain Taylor Brennan avaient laissé la plupart des amateurs indifférents, en cette fin de saison décevante.

Aujourd’hui, force est d’admettre que le gérant T.J. Stanton a gagné son pari. Brennan est devenu la figure de proue de cette édition 2018. En fait, rares sont les joueurs qui ont autant marqué l’esprit des amateurs de baseball de Trois-Rivières depuis la belle époque de la Ligue Eastern, dans les années 70.

Non, Taylor Brennan ne laisse personne indifférent. Il y a bien sûr cette musculature digne d’un culturiste, résultat, mentionne le principal concerné, d’un travail de tous les jours dans le gym ainsi que d’une diète serrée.

Il y a aussi les lunettes fumées et tous ces tatouages, dont certains évoquent des versets bibliques. Brennan expose ses croyances religieuses sans complexe. Le baseball, l’entraînement et la religion meublent le quotidien de celui qui a grandi en banlieue de Seattle, sur la côte-ouest américaine.

«J’ai trouvé beaucoup de réconfort dans l’église dernièrement», partage le numéro 3, pas le plus loquace à l’extérieur du terrain, mais certainement un grand rassembleur dans le vestiaire. Stanton l’a décrit comme «le mâle alpha du groupe».

«Depuis un an, je mets beaucoup d’énergie sur ma forme physique et j’ai l’esprit plus clair. Ma mère a été malade, mais elle se porte mieux aujourd’hui. Ç’a eu un impact sur ma vie.»

Brennan a ainsi abordé la présente saison dans de bonnes dispositions et avec la conviction qu’il pouvait intégrer l’élite de la Ligue Can-Am.

Le joueur par excellence du circuit?
On dévoilera jeudi les membres de l’équipe d’étoiles du circuit et, deux jours plus tard, le détenteur du titre de joueur par excellence. Le troisième-but des Oiseaux pointe évidemment parmi les favoris pour s’emparer de ces honneurs.

En 93 matchs, il compte 31 circuits, 10 de plus que ses plus proches poursuivants avant les rencontres de mercredi. Il domine aussi pour les points produits (80) et la moyenne de puissance (,579). Surtout, il obtient la faveur populaire des amateurs, surtout de ceux au Stade Stéréo Plus!

De ses 31 circuits, 21 ont été claqués à la maison; plusieurs d’entre eux de façon dramatique. Face au Miners à la fin du mois de mai, il en avait notamment réussi quatre en moins de 24 heures. Du 11 au 14 juillet, on en a recensé quatre en autant de parties. Sans lui, les Aigles n’auraient pas été de la course aux éliminatoires.

Ronger son frein
Cette semaine, les partisans ont dû avaler la pilule: leur meilleur joueur a été suspendu, conséquence d’une mêlée générale contre les Boulders et leur releveur Trey Haley.

C’est donc des premières rangées des estrades que Brennan doit assister, impuissant, à la conclusion de cette série tellement importante pour son club. Il réintégrera l’alignement vendredi, face aux Miners à Sussex. Il lui restera alors quatre matchs pour tenter d’égaler le record de longues balles détenu par Joe Maloney (35 en 2017).

«On s’échange plusieurs textos. Plus la saison avançait, plus les probabilités se dessinaient. À un moment, Joe m’a dit d’arrêter de claquer des circuits! Il m’a avisé que je pouvais le rejoindre, mais que je ne pourrais pas en frapper 36», lance-t-il en rigolant.

La suspension mine les chances de réussir cet exploit. «Je déteste être sur le banc, ça m’attriste de devoir abandonner mes coéquipiers. Est-ce que je pense encore au record? Bien sûr, sauf que je ne me lève pas tous les matins en calculant mes chances de le battre. Je pense d’abord à gagner. J’aborde tous les matchs de la même façon. Si on ne gagne pas, à la fin, ça n’aura servi à rien.»

Une œuvre inachevée
Brennan ne passe pas inaperçu dans les rues de la ville, qu’il considère comme «une grande famille.» Les jeunes l’adorent et il leur rend bien. «Oui, l’atmosphère ici est particulière, je ne peux dire que j’ai vécu ça ailleurs, même dans les rangs affiliés avec les Brewers de Milwaukee. On aurait aimé offrir encore plus de victoires à nos partisans, même si ce fut une bonne saison dans l’ensemble, surtout ici.»

La crainte de plusieurs, c’est que Brennan ait disputé ses derniers matchs à domicile, justement. Advenant d’autres mauvais résultats sur le terrain, les Aigles pourraient rater les séries.

S’ils terminent à égalité avec les Jackals au classement, ces derniers obtiendraient le billet pour la demi-finale puisqu’ils ont soutiré plus de gains aux Trifluviens dans leur confrontation (9 contre 7).

«On va tout faire pour revenir la semaine prochaine.» Quant à 2019, tout porte à croire qu’il méritera un essai à un échelon supérieur, que ce soit dans les rangs affiliés ou au Mexique, où il a failli atterrir en milieu de campagne.

«Si ces options ne fonctionnent pas pour une raison ou une autre, je serais très heureux de revenir à Trois-Rivières.»

Ça tombe bien, il a le stade à ses pieds!

Programme double jeudi
La pluie a gâché la fête mercredi au Stade Stéréo Plus, si bien que les Boulders et les Aigles devront se taper un programme double jeudi, dès 16h.

Les Boulders auront trois coureurs sur les buts, avec deux retraits en deuxième manche. Si Kyle Halbohn a commencé la partie mercredi pour Trois-Rivières, il faut s’attendre à voir Yender Caramo ou Tyler Garkow sur le monticule pour ce match de neuf manches.

La quatrième et dernière rencontre de la série, qui en sera une de sept manches, commencera vers 19h. Chris Murphy sera le lanceur désigné par T.J. Stanton.