Le sport régional en bref

Cross-country: les Diablos conservent leur septième place

Les filles de l’équipe de cross-country des Diablos ont copié leur performance de l’an dernier au Championnat canadien collégial, samedi à Blainville, en prenant le septième échelon sur 20 institutions en compétition.

Défiant un parcours de 6 km situé dans un parc équestre sur la rive-nord de Montréal, les coureuses du Cégep de Trois-Rivières ont accumulé 152 points, devançant Sherbrooke au classement final. Seules les porte-couleurs de Lionel-Groulx et son étoile Jade Bérubé sont parvenues à distancer les Trifluviennes parmi les cégeps québécois représentés. Le collège situé à Sainte-Thérèse a d’ailleurs enlevé les grands honneurs de la classique.

Avec un temps de 23 m 16 s, Marianne Houle a bouclé la meilleure performance des Diablos en finissant 17e sur 130 participantes. Ses coéquipières Chloé Gilbert, Amélie Pelletier et Florence Despins ont aussi récolté des points. 

Un total de 264 étudiants-athlètes ont répondu à l’invitation pour l’organisation de ce championnat, très en vogue en raison de la popularité croissante du cross-country.

À l’autre bout du pays, Marc-Antoine Senneville et Nicolas Gilbert prenaient aussi part au dernier rendez-vous de la saison de cross-country, sur la scène universitaire cette fois. Senneville, le capitaine de l’équipe des Patriotes de l’UQTR, a terminé le 10 km avec un chrono de 33 m 25 s, bon pour le 75e rang au pays et le 11e au Québec. À peine 31 secondes plus tard, c’était au tour de Gilbert de croiser le fil d’arrivée, lui qui a terminé 92e (13e à travers le RSEQ).

La compétition se déroulait à Victoria, en Colombie-Britannique.

Les Patriotes ont bien entamé leur saison avec deux victoires et un revers serré.

Volleyball: deux en trois pour les Patriotes

Les Patriotes ont entamé leur saison de volleyball avec deux victoires en trois matchs, ce week-end, alors qu’elles étaient l’hôte du deuxième tournoi du RSEQ en deuxième division.

Les joueuses de Marie-Ève Girouard ont d’abord blanchi en trois manches les filles de l’Université du Québec en Outaouais, avant de remettre ça samedi contre Rimouski. Lors du dernier match de la fin de semaine présenté au CAPS, elles ont toutefois subi un premier revers devant l’École de technologie supérieure en s’inclinant au bout de cinq manches âprement disputées (25-27, 23-25, 27-25, 25-19 et 15-12 pour l’ETS).

L’action sur la scène du volleyball féminin universitaire D2 reprendra à la fin du mois à Montréal. L’UQTR affrontera alors deux des meilleures équipes du circuit (ETS et UQAC).