Laurence Vincent Lapointe et son avocat Adam Klevinas

Le sort de Laurence Vincent Lapointe bientôt connu

Si tout se déroule selon les règles, Laurence Vincent Lapointe connaîtra mercredi le sort que lui réserve la Fédération internationale de canoë (FIC).

Suspendue provisoirement depuis le 13 août, la multiple championne mondiale plaide son innocence au sujet d’un test positif au ligandrol, une substance interdite par le Code mondial antidopage.

En compagnie de son avocat Adam Klevinas, la canoéiste de 27 ans a fait valoir ses arguments lors d’une audience devant le comité antidopage de la FIC le 9 décembre à Lausanne. Selon les règlements de la fédération internationale, le comité doit rendre une décision écrite dans les 30 jours suivant cette audience, ce qui mène à mercredi. Cette décision écrite doit inclure toutes les raisons la soutenant, qu’une sanction soit imposée ou pas.

« C’est ce qui est écrit dans les règles, a convenu Me Klevinas mardi après-midi. À date, on n’a pas eu de nouvelles. On ne sait pas si ça va être rendu demain [mercredi]. Ils peuvent demander une prolongation s’ils le veulent. Il y a eu les Fêtes entre-temps. Je ne sais pas s’ils ont eu le temps de motiver leur décision. Écrire ça, ça prend du temps. »

LIRE LA SUITE