Joel Chiarello signera, au cours des prochains jours, son premier contrat professionnel en carrière. Le jeune homme de 19 ans s'alignera pour le Trento Calcio 1921, un club italien de sixième division.

Le rêve de Joel Chiarello devient réalité

Dans quelques jours, Joel Chiarello réalisera un rêve de gamin: signer un premier contrat professionnel en tant que joueur de soccer.
Ça faisait déjà un bon bout de temps que le Trifluvien lorgnait cet objectif, lui qui s'est exilé en France il y a deux ans afin d'optimiser ses chances de recrutement en Europe. Aujourd'hui, il peut enfin dire mission accomplie. Il quittera le pays au cours des prochaines heures, à destination de Trente, en Italie, où il rejoindra le Trento Calcio 1921, un club de sixième division.
«Je suis la route de mes ancêtres», sourit le principal intéressé, soulignant ses racines italiennes. «J'ai voyagé plusieurs fois en Italie, mais malheureusement, je maîtrise encore assez mal la langue. J'aurai la chance de l'apprendre dans les mois à venir!»
La saison ne reprendra qu'en février, mais le défenseur gauche profitera des premières semaines dans son nouvel environnement pour se familiariser avec ses coéquipiers, les entraîneurs et le style de jeu.
D'ailleurs, Chiarello ignore ce qui l'attendra à son arrivée au pays de la Squadra Azzura. «Le niveau de jeu ressemble à celui que l'on retrouve en France en quatrième division, explique-t-il. En Italie, le calibre est plus homogène par contre. Je ne crois pas qu'il y ait une mauvaise division, on parle d'une bonne compétition à tous les niveaux. À ce chapitre, je ne suis pas inquiet de la qualité des joueurs de l'Eccellenza (nom du circuit).
À la suite de son passage en France au sein du niveau National - le plus haut de la catégorie U19 -, Chiarello est revenu au Québec, mais, faute de contacts, il n'a pu prendre part aux activités de la PLSQ. Il a néanmoins poursuivi son entraînement avec le club de Saint-Léonard. C'est à ce moment que la porte s'est entrouverte pour lui. «Un représentant italien m'a vu jouer et m'a invité dans un centre de développement dans son pays.»
Chiarello a passé environ trois mois dans ce centre, localisé dans la petite ville d'Ovada, près de Genova dans l'ouest de l'Italie. Le propriétaire du centre, Morris Pagniello (devenu son agent) l'a ensuite convaincu de continuer son cheminement avec l'équipe de Trente.
«À Ovada, j'ai eu l'opportunité de m'entraîner cinq jours par semaine. Ce n'est qu'en revenant chez moi, pendant la période des Fêtes, que j'ai appris la bonne nouvelle concernant Trento. Je suis impatient de signer mon contrat! Les dirigeants ont décidé de faire confiance aux jeunes et là-bas, je rejoindrai un joueur de Montréal. Déjà cela, ça va aider mon intégration.»
L'athlète de 19 ans, un ancien de la structure du FC Trois-Rivières, ne compte toutefois pas s'arrêter là. Un contrat FIFA, c'est bien beau, mais il vise des sommets beaucoup plus hauts. «Mon agent m'a dit qu'il m'aiderait à monter les échelons. On partage le même objectif: j'ai toujours souhaité jouer dans le meilleur calibre et étant un fan de l'AC Milan, je me permets de rêver!»
D'ici là, il mettra les bouchées doubles à l'entraînement afin d'arriver fin prêt pour son premier match. «La D6 n'est pas considérée comme un circuit professionnel, mais certains joueurs des clubs oui. J'en ferai partie. J'ai entendu dire que les partisans du club n'étaient pas heureux car les choses ne se déroulent pas comme ils l'espéreraient. On aura des comptes à rendre, surtout les gars étiquetés pro.»
Trois journaux locaux, une station de télévision et une autre de radio suivent les activités de l'équipe à Trente. Ce n'est pas le Canadien, mais Chiarello vivra tout de même une première expérience de ce genre. «Ça va me former pour la suite de ma carrière!»