Le duo de Steve Lajoie et Andrew Triebold sera en quête d’une neuvième victoire à la Classique internationale de canots de la Mauricie.

Le retour de l’invincible duo

TROIS-RIVIÈRES — Duo le plus titré en 85 ans d’histoire à la Classique internationale de canots de la Mauricie, le tandem Steve Lajoie et Andrew Triebold aura sans aucun doute l’étiquette de favori accolée à son canot numéro 9. Vainqueurs en 2004 ainsi que de 2008 à 2014, les expérimentés canotiers tenteront d’ajouter une neuvième victoire sur la rivière Saint-Maurice ce week-end.

La renommée de cette équipe n’est plus à faire et leur domination n’a fait aucun doute encore une fois cette saison avec des victoires à Cooperstown lors de la General Clinton Canoe Regatta, et au Michigan pendant la course AuSable River Canoe Marathon. À chaque fois, le canot Triebold-Lajoie a rallié l’arrivée avec des avances confortables de plusieurs minutes.

Ces résultats, jumelés à leurs huit victoires en Mauricie, leur octroient sans contredit le titre de favoris. À vrai dire, il faut remonter à l’été 2003 pour retracer leur dernière participation ensemble sans savourer la victoire à la Classique. Ils avaient alors terminé deuxièmes derrière Serge Corbin et Jeff Kolka.

«Je ne sais pas si on est invincibles, mais c’est certain qu’on veut essayer de gagner encore», lance Lajoie, qui se méfie tout de même des autres équipes qui devraient ramer dans le peloton de tête. Du lot, il nomme évidemment Guillaume Blais et Samuel Frigon, Tommy Pellerin et Weston Willoughby ainsi que Jimmy Pellerin et Joël Lacroix. Il n’écarte pas non plus la possibilité de voir le vétéran Normand Mainguy (qui effectue un retour à la compétition) frayer avec les meilleurs en compagnie de Trevor Lefever.

Malgré une nette domination cette saison, le prolifique canotier tâche néanmoins de rester les deux pieds sur terre. Il sait bien que, tôt ou tard, il se fera déloger. «On ne prend rien pour acquis. Des meilleurs que nous, il va y en avoir un jour. Est-ce que ça va être cette année? Je ne le sais pas. Mais les plus jeunes s’améliorent à chaque année tandis que nous, on ne s’améliore plus beaucoup...», note Lajoie, vainqueur de l’édition 2017 avec Guillaume Blais.

Une dernière pour le duo?
Ce week-end, sur la rivière Saint-Maurice, Lajoie compte bien savourer chaque instant avec son coéquipier de longue date. Si les astres étaient mal alignés lors des éditions précédentes, il est bien heureux d’avoir convaincu l’Américain de faire le trajet jusqu’en Mauricie.

«Ce n’est pas toujours facile de trouver les arrangements pour ramer ensemble. On voulait la faire au moins une dernière fois», admet celui qui a soulevé neuf fois la coupe Anne-McCormick.