L’équipe féminine du Québec a eu l’occasion de se familiariser avec les glaces shawiniganaises, vendredi, à l’aube du début du Championnat canadien junior de curling.

Le Québec sans complexe!

Shawinigan — C’est sans complexe que les équipes du Québec sont débarquées à Shawinigan, vendredi, à l’aube du lancement du Championnat canadien junior de curling. À leur sortie de la glace, au terme de l’entraînement quotidien, les représentants masculins et féminins de la province partageaient des objectifs plutôt semblables. Tous aspirent à grimper sur le podium le 21 janvier.

Après un parcours parfait au Championnat provincial, l’équipe de la capitaine Laurie St-Georges a le vent dans les voiles. En prime, trois des quatre joueuses de l’équipe ont vécu le rendez-vous national junior il y a deux ans, en Ontario, avec une cinquième position. «L’an dernier, on n’a pas eu une bonne saison. On manquait de constance. On a donc revu notre préparation, en axant un peu plus sur la pratique et les résultats sont là.»

Conscientes que le Championnat canadien junior de curling a servi de tremplin à de nombreuses joueuses qui ont brillé sur la scène internationale, les porte-couleurs fleurdelisées ont d’ailleurs de grandes ambitions. Elles ne souhaitent pas que Shawinigan 2018 soit une finalité. «On n’est pas ici juste pour jouer. On souhaite gagner», lance la deuxième, Emily Riley.

«Les filles ont de grandes aspirations. Elles veulent participer aux Mondiaux et au tournoi des Cœurs Scotties un jour. Elles n’ont pas l’intention d’être un feu de paille!», renchérit l’entraîneur Michel St-Georges, dont l’équipe est complétée par Cynthia St-Georges (troisième) et Noémie Gauthier (première).

Les gars sont d’attaque
Dans le tableau masculin, l’excitation est également palpable. Conscient que des équipes comme l’Ontario et la Colombie-Britannique occupent le haut du pavé avant le début du tournoi, le quatuor compte néanmoins accrocher l’or à son cou. La Colombie-Britannique a raflé les honneurs l’an dernier face à l’Ontario et les deux formations sont quasi-intactes cette année. «On n’est peut-être pas les favoris, mais on sait qu’on peut gagner. Une chose est certaine, on n’a pas de complexe!», a indiqué le deuxième Émile Asselin, sous le regard approbateur de ses coéquipiers Alek Bédard (capitaine), Louis Quévillon (troisième) et Bradley Lequin (premier).

Asselin est d’ailleurs le seul représentant québécois masculin à avoir goûté à cette compétition, en 2015 et 2016.

L’entraîneur Daniel Bédard a également confiance en ses protégés, mais préfère ne pas voir trop loin. «Depuis le début, on y va par étape. On voulait d’abord remporter le provincial, ce qu’on a réussi. Maintenant, on veut réussir à se classer parmi les quatre premiers sur sept dans notre groupe pour accéder à la ronde suivante. À partir de là, on fixera d’autres objectifs.»

Les deux formations du Québec entameront leur tournoi samedi sur le coup de 9 h 30 face à la Saskatchewan.

Les organisateurs du Championnat canadien junior de curling, Jean-François Morand et Alain Boucher en tête, se réjouissent des précieux appuis financiers.

Un important coup de pouce financier

Le comité organisateur du Championnat canadien junior de curling peut travailler l’esprit en paix. À l’occasion du lancement officiel, vendredi, le Club de curling Grand-Mère a reçu un important coup de pouce financier de plus de 40 000 $ de la part du gouvernement du Canada, par l’entremise de Développement économique Canada pour les régions du Québec, afin de commercialiser l’événement.

À cette somme se greffe également 7000 $ de la part du Mouvement Desjardins qui associe son nom au salon des bénévoles pour l’événement.

Plus tôt cette année, la ministre du Tourisme et députée de Laviolette Julie Boulet avait également annoncé un support de 40 000 $ au comité organisateur.

Ce soutien primordial permet donc aux organisateurs de respirer un peu mieux pour la présentation de cet événement d’envergure dont le budget d’opération est évalué à 200 000 $.

«C’est une excellente nouvelle qui arrive à point. Ça nous aide à boucler le budget et nous sommes maintenant prêts à marquer l’histoire à Shawinigan», a fièrement souligné Alain Boucher, directeur général de Shawinigan 2018.

Le député de Saint-Maurice–Champlain et ministre du Commerce international François-Philippe Champagne a, pour sa part, salué le boulot abattu par les artisans du championnat, par voie de communiqué.

«Les gens de l’organisation et les nombreux bénévoles travaillent sans relâche pour faire de cette compétition un grand succès et le gouvernement du Canada fait sa part pour les aider. Nous sommes fiers d’accueillir des athlètes de haut niveau provenant des quatre coins du pays chez nous.»

La subvention de 41 542 $  du gouvernement du Canada sert, entre autres, à produire du matériel promotionnel visant à rejoindre la clientèle hors Québec en plus de couvrir les frais associés à la télédiffusion de l’événement sur les réseaux de sports nationaux.

En bref

Des entraînements minutieux

Rien n’est laissé au hasard dans une compétition de l’envergure du Championnat canadien junior. Il suffit de jeter un simple coup d’œil à la séance d’entraînement avant l’ouverture du tournoi pour en avoir le cœur net. Comme c’est la coutume, chaque équipe a été à appelée à pratiquer avec chaque pierre sur chaque glace pendant une séance d’entraînement réglée au quart de tour, vendredi...

La touche d’André Ferland

Le réputé André Ferland a décidé d’apporter sa touche au tournoi national. Il offrira en guise de souvenir, à chaque joueur et chaque entraîneur du tournoi, une brosse performance personnalisée. «Les jeunes qui vont participer à cette compétition sont les champions de demain. Nous sommes heureux de leur permettre de découvrir dès maintenant la qualité de nos brosses», a lancé Ferland...

650 passeports écoulés

À la veille du lancement des activités sur la glace, 650 passeports avaient trouvé preneur, un total qui dépasse largement l’objectif initial qui avait été fixé à 225. Décidément, Shawinigan est curling!

Un Marteau, svp

Le Trou du Diable sera présent bien à sa façon dans le paysage de ce rendez-vous national. La microbrasserie a en effet décidé de renommer sa traditionnelle bière La Pitoune, afin de l’adapter à un concept davantage rattaché au curling... Ainsi, pendant le tournoi, les visiteurs pourront déguster Le Marteau, dont le visuel a été judicieusement développé spécialement pour l’événement...