Francis Bourgeois a fait sensation il y a un an à la compétition du Real Snow aux X Games, s'emparant du vote du public. Il vise cette fois-ci le vote du jury.

Le planchiste Frank Bourgeois de retour aux X Games

Les grandes quantités de neige reçues aux quatre coins du Québec comblent de bonheur le planchiste Francis Bourgeois. À l'aube de sa deuxième participation aux X  Games en autant d'années, le Trifluvien compte de nouveau impressionner la galerie, lui qui avait connu un succès monstre en 2016.
Il y a un an, Bourgeois enlevait les honneurs des Real Snow, un concours réservé aux adeptes de sports extrêmes spécialisés dans la réalisation de courtes vidéos. Les participants sont jugés par rapport aux séquences, à l'environnement dans lequel elles se produisent ainsi que pour les acrobaties.
Le casse-cou de Trois-Rivières avait conquis le public, raflant plus de 40 % des votes, loin devant le deuxième favori. Quant au gagnant de la compétition selon les membres du jury, il n'avait pu faire mieux qu'une cinquième et avant-dernière place du côté du vote populaire. Bourgeois avait été désigné deuxième par les experts lors d'un reportage diffusé sur les ondes du réseau américain ABC, en mars.
Après l'Amphithéâtre Cogeco, la côte Plouffe
Bourgeois avait produit un film d'environ deux minutes avec son équipe de Brothers Factory, établie à Québec. 
On l'a notamment vu descendre la rampe d'escaliers jouxtant l'Amphithéâtre Cogeco. 
Cette année, il s'attaque à un nouveau défi: celui de la côte Plouffe, non loin du centre-ville. 
«J'ai hâte que les internautes puissent voter car je suis pas mal fier de cette scène», indique le principal intéressé, qui n'a jamais caché son intérêt de défier l'imposante structure que représente le mur de la côte Plouffe, où se situe la célèbre Fresque de Trois-Rivières.
La nouvelle vidéo de Bourgeois pour le concours des X Games commence d'ailleurs avec cette séquence. Disons-le, ça donne le ton, surtout avec un atterrissage dans le stationnement du restaurant Stratos Pizzeria derrière!
«Je me suis toujours questionné à savoir si j'avais la vitesse pour sauter par-dessus la Fresque. J'ai ma réponse aujourd'hui! Nous avons fait du repérage sur les lieux environ un mois à l'avance. Le résultat nous rend tous très fiers au sein de l'équipe.»
Une équipe qui a parcouru quelques centaines de kilomètres entre Québec, Trois-Rivières et La Tuque pour rendre un produit final. 
À compter du 15 mars, les amateurs de sports extrêmes pourront voter pour leur vidéo favorite des Real Snow, sur le site web des X Games. Le vainqueur de la compétition selon les membres du jury ainsi que la vidéo favorite du public seront dévoilés le 25 mars, sur ABC.
Échéancier serré
Contrairement à l'an passé, le tournage de la vidéo a été fait dans un échéancier plus serré. Qu'à cela ne tienne, «Frank» Bourgeois se dit plus heureux du produit rendu cette année. «On n'aurait pas pu produire quelque chose de mieux. Il y a des trucs dans la vidéo que je n'ai jamais réalisés auparavant.»
L'homme à battre au Real Snow 2017 est l'Américain Dylan Thompson, qui tentera de défendre son titre. Bourgeois a évidemment très hâte de pouvoir consulter les vidéos produites par les autres concurrents.
«Je suis allé en Californie il y a quelques mois et les gens m'en parlaient encore. Pour eux, je me suis fait voler! Ils ont vraiment apprécié le contenu. J'espère que ce sera encore le cas cette année.»
En couverture du Snowboarder
Frank Bourgeois a eu droit à un honneur réservé à peu de planchistes de l'univers des sports extrêmes. En septembre, le Trifluvien s'est retrouvé sur la page frontispice du magazine Snowboarder, la référence dans le milieu.
«Considérant qu'ils publient cinq ou six numéros par année, c'est un très grand privilège, concède Bourgeois. Pour moi, c'est presque plus important que le Real Snow. Je vois ça comme une belle reconnaissance du travail accompli depuis plusieurs années.»
Cette visibilité s'accompagne de quelques voyages prévus un peu partout dans le monde. Bourgeois est présentement au Japon grâce à l'invitation d'un de ses partenaires. Il visitera aussi l'Islande au printemps pour un autre tournage.
Malgré une année difficile en termes de partenariats - il a perdu quelques commanditaires - le Trifluvien continue donc à laisser une bonne impression.
«Avec l'hiver qu'on a au Québec et dans l'Ouest canadien, on espère que la situation du snow se redressera.»