Les activités des Cataractes se tiennent à huis clos.
Les activités des Cataractes se tiennent à huis clos.

Le plaisir de retrouver sa passion

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — Après une pause forcée de plusieurs mois, le hockey junior a repris là où il avait laissé dimanche, avec le coup d’envoi des camps d’entraînement.

À Shawinigan comme dans les 17 autres marchés de la LHJMQ, c’est un camp bien différent qu’à l’habitude, avec toutes ces précautions utilisées pour éviter une éclosion de COVID-19.

Martin Mondou ne le cache pas, les nouveaux protocoles compliquent la vie des joueurs comme des hommes de hockey. Mais n’allez pas croire qu’il s’en plaint, bien au contraire.

«Tout le monde est content de se revoir, de recommencer à vivre au rythme de notre passion. Pour y arriver, il y a des contraintes que nous devons accepter, c’est aussi simple que ça», témoigne le directeur général des Cataractes. «À chaque fois qu’il y a de la nouveauté, ça prend un certain temps pour s’y habituer. C’est vrai aussi pour les consignes reliées à la santé. Dans quelques jours, ce sera assimilé.»

Les Cataractes ont d’ailleurs pris les grands moyens pour tenter de minimiser au maximum les risques associés à cette pandémie mondiale, en installant les joueurs à l’intérieur d’une grosse bulle plutôt que de les confier à des familles de pension. Pour y arriver, ils ont acheté puis rénové une ancienne résidence pour personnes en déficience intellectuelle. La résidence dispose de 24 chambres, en plus d’un logis de deux chambres où l’entraîneur-chef Ron Choules va s’établir. Un gardien sera appelé à veiller sur l’endroit, alors qu’un traiteur se chargera de la bouffe. L’idée, c’est de limiter au maximum les fréquentations des joueurs à l’extérieur de l’équipe. «Pour les équipes qui ont décidé de continuer avec le concept des familles d’accueil, les règles sont les mêmes par rapport aux contacts extérieurs», rappelle Mondou. «Si jamais les règles sont assouplies, nos joueurs pourront en profiter eux aussi.»

Denis quitte

Ces sacrifices étaient visiblement de trop pour le capitaine Gabriel Denis, qui a avisé les Cataractes quelques jours avant le début du camp d’entraînement qu’il prenait une pause du hockey. Le directeur général n’est pas tombé en bas de sa chaise lorsque son vétéran de 20 ans lui a appris la nouvelle. «On sentait depuis quelque temps que sa flamme était moins puissante. Les contraintes liées à la COVID semblent avoir été le coup de grâce. Gabriel avait demandé une transaction l’an dernier, nous avions été incapables de trouver sur le marché le genre de compensation que nous recherchions. Malgré tout, il devait revenir cette année et nous avions confiance qu’il allait connaître une bonne saison. On respecte sa décision.»

Mondou était toutefois moins compréhensif à l’égard de Michael Mastrodemico, qui brillait lui aussi par son absence dimanche. Le premier choix au repêchage de l’équipe en juin dernier a complètement changé son fusil d’épaule en quelques semaines.

«Avant de le repêcher, son agent nous avait dit qu’au minimum, il participerait à notre camp. Son père nous a répété la même chose. Puis quand Michael s’est engagé, il nous a dit que ça ne changeait pas ses plans de venir chez nous 48 heures pour le camp», révélait Mondou, fort déçu. «J’ai du mal à comprendre ceux qui ne respectent pas leurs engagements. Si on avait su qu’il ne viendrait pas au camp, on en l’aurait pas repêché en première ronde.»

Il y a quelques autres absents en ce moment au camp, dont les deux Européens Vasily Ponomarev et Lorenzo Canonica, qui commencent à s’impatienter dans leur pays. «La ligue attend toujours le feu vert du gouvernement fédéral. Si on ne veut pas de mauvaise surprise, c’est un dossier qu’il faut régler rapidement.»

Sur la glace, les joueurs ont eu droit à un premier match intra-équipe dimanche. Un deuxième suivra lundi midi, puis il y aura deux rencontres hors-concours face aux Tigres de Victoriaville mardi et jeudi, avant les coupes. «Il y a des postes disponibles dans l’équipe mais pour les mériter, les joueurs ne doivent pas perdre de temps. Le week-end prochain, notre équipe sera formée», conclut Mondou.