À 17 ans à peine, le porteur de ballon Mohamed Lamine Cisse occupe un rôle important au sein des Électriks du Collège Shawinigan.

Le petit frère des Électriks

Shawinigan — Mohamed Lamine Cisse vient à peine de fêter ses 17 ans. Pourtant, il est bel et bien un joueur de football des Électriks et un étudiant en Techniques de comptabilité et gestion au Collège Shawinigan.

Né à Chicago avant de retourner passer une partie de son enfance au Mali, le pays d’origine de ses parents, le petit Mohamed a beaucoup voyagé pendant sa jeunesse, avant d’aboutir à Montréal avec toute sa famille.

À l’aise sur les bancs d’école, il a sauté sa deuxième année du primaire. Chez les Électriks, il est donc, sans surprise, le plus jeune joueur à être dirigé par Guy Bergeron. Sur le terrain toutefois, ça ne paraît pas: il s’impose déjà par sa maturité et sa compréhension du jeu, et ce en dépit d’une saison très difficile sur le plan collectif.

«J’étais éligible pour entrer au Collège Shawinigan. Par contre, j’avais besoin d’une dérogation pour jouer au football en raison de mon âge», explique l’adolescent, qui a découvert le ballon ovale il y a trois ans, à Joliette, où ses parents sont désormais installés.

«À la base, je suis un joueur de soccer. En arrivant à Joliette, la concentration de soccer était pleine, j’ai dû me tourner vers une autre discipline. C’est là que j’ai vu qu’il y avait du football.»

Mohamed venait de participer aux Jeux du Québec en natation. Il était en quête d’un nouveau défi. «Tout de suite, ç’a cliqué! Mon père était mêlé, il ne pensait pas que c’était ce type de football», se souvient-il en riant. «À mon année chez les cadets, nous avons gagné le championnat. J’étais le quart-arrière.»

Anthony Blais, du groupe d’entraîneurs des Électriks, l’a remarqué en assistant à un de ses matchs. Le déclic s’est fait et la famille Lamine Cisse a convenu que le Collège Shawinigan constituait la meilleure option pour fiston.

À Shawinigan, le numéro 5 porte le ballon en alternance avec le vétéran Jacob Roby. «Avec ma technique, je suis ici pour trois ans et j’ai l’intention de jouer au football jusqu’à la fin. On a un bon groupe. On apprend ensemble dans la défaite, il y a plusieurs joueurs de première année. De ce que j’entends, personne ne veut partir. C’est une bonne nouvelle, car on a quand même du plaisir. Le groupe est uni.»

Il paraît que certaines recrues tentent d’inciter leurs amis à rejoindre les troupes. «Oui, on veut aider les Électriks! J’ai un touché cette année, sauf que j’en veux plus que ça. Et l’an prochain, on aimerait gagner des matchs.»

Mohamed Lamine Cisse ignore s’il pourra revêtir l’uniforme samedi après-midi, lors de la visite des Pionniers du Cégep de Rimouski, dans ce qui sera le dernier match de la saison. Il représente un cas incertain, conséquence d’une blessure à la cheville.

Sinon, il sera de retour l’an prochain, avec la conviction de pouvoir s’améliorer, à l’instar de tous ses coéquipiers.