Les Cataractes anticipent des moments plus heureux dans les prochains mois, avec le début des festivités du 50e anniversaire de l’équipe. De gauche à droite: le président Roger Lavergne, le directeur général Martin Mondou ainsi que l’entraîneur-chef Daniel Renaud.

Le meilleur est à venir pour les Cataractes

Shawinigan — Non, l’année que les Cataractes viennent de boucler ne passera pas à l’histoire dans ce demi-siècle de hockey junior à Shawinigan, du moins pas pour les performances sur la glace. Mais la banque de choix de qualité en vue du repêchage de juin donne des armes au département hockey dirigé par Martin Mondou.

En effet, les Cataractes sont assurés de sélectionner un des quatre premiers joueurs à l’encan des joueurs midgets, d’ici quelques semaines au Centre Gervais Auto.

Ils héritent aussi du 11e choix au total, celui des Remparts de Québec obtenu dans la transaction de Gabriel Sylvestre. C’est sans compter les trois joueurs sur lesquels ils jetteront leur dévolu pendant la deuxième ronde.

«Avec la qualité de notre équipe de recruteurs, je suis très confiant pour l’avenir. Ce sera la première fois en trois ans que nous pourrons parler en première ronde et nous comptons en profiter», a lancé Mondou, flanqué du président Roger Lavergne et de son entraîneur-chef, Daniel Renaud.

Autour de la table, les sourires étaient faciles et sincères. Les Cataractes ont peut-être traversé une tempête en 2017-18, mais l’équipe dresse un bilan plus que satisfaisant dans les circonstances.

Ces circonstances, on les connaît. En tête de liste figurent les départs prématurés de Samuel Girard et Brendan Gignac, identifiés comme les piliers de l’organisation.

Le premier a fait le saut directement dans la LNH, l’autre poursuit son développement dans la Ligue américaine. Du coup, les Shawiniganais se voyaient privés de leur défenseur étoile ainsi que de leur centre numéro un.

«On savait que ça affecterait l’équipe et pourtant, les partisans sont restés fidèles. Nos fans connaissent la réalité du hockey junior et on les en remercie. Ils sont les meilleurs du circuit», s’est emballé Lavergne, dont le mélange de fierté et de déception est perceptible en ce début de printemps.

«Au moins, on sait que la communauté des gens d’affaires est derrière nous. Nous sommes particulièrement heureux aussi d’avoir élargi notre base de partisans. Chez les moins de 14 ans, nous sommes passés d’environ 80 billets de saison à plus de 550!»

Par ailleurs, les Cataractes ont dépassé, pour une deuxième année de suite, le plateau des 2000 détenteurs de billets de saison, tous âges confondus.

S’inspirer du passé

Depuis 2007, chacun des cycles de reconstruction des Cataractes fut concluant. L’équipe a atteint la finale de la Coupe du Président en 2009 et 2016, en plus de soulever la coupe Memorial en 2012.

Mondou s’inspirera évidemment de ces succès passés pour répéter la formule et, qui sait, aller chercher la première Coupe du Président de l’histoire de la concession.

Ça ne se fera pas en quelques mois, tient-il néanmoins à préciser. «L’année à venir sera importante avec le 50e anniversaire, mais on ne brûlera pas d’étapes. Nous voulons rebâtir avec nos jeunes et nos futurs choix de repêchage. On va respecter le cycle.»

De toute façon, les jeunes de première année ont bien répondu cette saison au défi qui se présentait à eux.

«Nous sommes l’équipe dont les recrues ont récolté le plus d’offensive à travers la Ligue canadienne de hockey. On en a beaucoup demandé aux jeunes, mais ils sortiront grandis de ça. Il faudra entre autres qu’on améliore notre efficacité sur les unités spéciales et que nos gardiens de but tiennent le fort.»

Drozg épate

Choisi au 41e échelon du repêchage des joueurs européens, le Slovène Jan Drozg a été le dixième meilleur pointeur parmi ceux-ci, le troisième passeur de la LCH.

L’entraîneur Daniel Renaud retient aussi que son groupe a réussi plusieurs remontées tardives durant la campagne.

«En janvier, on croyait encore aux séries, puis il y a eu l’effondrement. Malgré ça, les gars n’ont jamais abandonné. C’est un groupe tissé serré que j’ai adoré diriger pour ma première saison comme entraîneur-chef dans la LHJMQ.»

Un autre qui a reçu sa part d’éloges, c’est Gabriel Denis. «Un guerrier respecté de tous» affirme Renaud, qui a réservé de bons mots pour Jérémy Martin et Max-Antoine Melançon qui, après un passage à vide, a bien terminé l’année.

Un maillot pour chaque époque

Question de rendre hommage aux joueurs et aux bâtisseurs qui ont façonné les 50 dernières années, les Cataractes collectionneront les maillots en 2018-19.

L’équipe a annoncé que les Bruins et les Dynamos renaîtront, le temps de quelques matchs. Les chandails des Cataractes des années 80, 90 et 2000 ne seront pas oubliés.

«Si on gagne nos deux matchs avec le chandail des Dynamos, on risque de battre leur record de l’époque», a lancé Mondou en riant, faisant allusion à cette époque peu glorieuse de la concession shawiniganaise.