Mikaël Zewski défendra son titre NABO des 147 livres contre Alejandro Davila, le 23 novembre à Québec. Initialement, il devait en découdre avec Brad Solomon, une ancienne étoile montante.

Le jour de la marmotte pour Mikaël Zewski

Trois-Rivières — C’est une fois de plus le jour de la marmotte pour Mikaël Zewski, forcé à moins de trois semaines d’avis d’accepter un changement d’adversaire afin de se battre au Centre Vidéotron de Québec le 23 novembre.

Le Trifluvien (33-1-0, 22 K.-O.) devait se mesurer à l’Américain Brad Solomon (28-1, 9 K.-O.), une ancienne étoile montante qui devait lui permettre de faire un bond dans les classements mondiaux. Mais voilà que Solomon s’est désisté à la dernière minute, forçant le Groupe GYM à se dénicher un plan B.

C’est finalement le Mexicain Alejandro Davila (19-0-2, 7 K.-O.) qui se dressera devant Zewski, en demi-finale du combat de championnat du monde de Marie-Ève Dicaire. «On le savait depuis le début que c’était compliqué de faire venir Solomon ici en raison de son casier judiciaire. Son avocat devait lui obtenir l’autorisation de franchir les douanes, ça ne s’est pas fait», se désolait Zewski, qui était excité à l’idée de monter sur le ring avec lui. «C’est un gars connu aux États-Unis, avec une belle réputation. Une victoire sur un gars comme lui, ça ouvre des portes...»

Davila n’a peut-être pas la notoriété de Solomon, mais ça ne le rend pas moins dangereux. Il est plus actif en tout cas, avec cinq duels à son actif depuis 2017. S’il avait un faire-valoir devant lui à son dernier combat en juillet, la fiche combinée de ses quatre précédents rivaux (62-11-1) est loin d’être vilaine. «Il s’améliore de combat en combat, on dirait. Je dois le prendre au sérieux, c’est clair.»

Surtout que Davila et Solomon n’ont pas du tout le même style de combattant. Zewski se préparait depuis un mois sur le plan tactique à déjouer Solomon. Le cahier de notes a pris le bord il y a quelques heures...

«C’est un défi différent, ça, c’est sûr. Avec Solomon, je devais arriver au sommet de mon art au plan tactique. La vitesse allait faire la différence, d’un côté ou de l’autre. Je me retrouve plutôt en face d’un gars qui lance beaucoup, beaucoup de coups. Je devrai être en mesure de répondre et même de lui faire mal tôt dans le combat pour qu’il me respecte. Pour ça, je dois arriver dans une condition physique impeccable. J’ai donc augmenté mon volume de course.»

Si cette 35e sortie chez les pros ne s’annonce pas de tout repos, les grands gagnants seront probablement les amateurs de boxe qui vont assister au gala. «Davila est invaincu, il va arriver super confiant. Je suis sa carte pour monter dans les classements, il va tout donner pour la saisir. Il a tout à gagner, j’ai tout à perdre. C’est toujours dur de prévoir ce qui va se passer sur un ring, mais ce qui est sûr, c’est que ce gars-là s’en vient pour gagner», analyse Zewski, qui va défendre son titre NABO chez les 147 livres.

La ceinture NABA USA sera elle aussi à l’enjeu, et le Groupe GYM tente actuellement d’ajouter le titre IBF intercontinental au butin de guerre.