Il y a eu beaucoup de points marqués dans le premier match disputé en après-midi.

Le Japon fait sa loi

Trois-Rivières — À travers quelques rayons de soleil bien mérités, les Aigles de Trois-Rivières ont connu une sombre journée, jeudi, alors qu’ils sont repartis du stade avec deux revers à leur fiche, gracieuseté des étoiles japonaises de l’île Shikoku.

Les amateurs réunis sur l’avenue Gilles-Villeneuve ont d’ailleurs eu droit à deux matchs complètement différents en l’espace de quelques heures seulement. Dans le premier duel, qui s’était amorcé la veille, les Japonais ont prévalu 12-11 en 10 manches. Lors de cette rencontre, les frappeurs ont été à l’honneur avec un total combiné de 34 coups sûrs, dont 20 pour les vainqueurs!

Tucker Nathans s’est notamment démarqué dans la défaite avec deux circuits et quatre points produits. Michael Suchy s’est également mis en évidence avec un circuit solo tandis que Taylor Brennan a amassé trois points produits.

En soirée, c’est plutôt un duel de lanceurs qui a retenu l’attention. Brillant pendant sept manches – il a accordé un seul coup sûr – Chris Murphy n’a toutefois pas été en mesure d’ajouter une victoire à son dossier puisque son vis-à-vis, Ishi Daichi, a été magistral. Le meilleur lanceur de la Ligue indépendante de l’île Shikoku s’est offert 13 retraits au bâton, tout en espaçant bien cinq maigres coups sûrs pour blanchir les favoris locaux 2-0.

En bout de ligne, ce sont deux erreurs en défensive chez les Trifluviens qui auront conduit aux deux seuls points du match. «C’est décevant de perdre deux matchs aujourd’hui, car nous avons quand même joué du bon baseball. Malheureusement, nos erreurs en défensive ont coûté cher dans le deuxième match», a analysé le gérant T.J. Stanton, dont l’équipe montre maintenant un dossier de 19 victoires et 17 revers.

Les Aigles vont maintenant accueillir les Champions d’Ottawa à compter de vendredi pour une série de trois rencontres. Garrett Harris se verra confier le premier départ.

Juan Kelly est un ancien espoir des Blue Jays de Toronto.

Kelly est prêt à faire des flammèches

Pendant que les Japonais étalaient leur talent, Juan Kelly est enfin débarqué à Trois-Rivières et il est déterminé à faire tourner les têtes au sein de la Ligue Can-Am.

On peut le comprendre, pas plus tard que l’été dernier, il partageait le même vestiaire que les Vladimir Guerrero fils, Cavan Biggio et Lourdes Gurriel fils, un trio qui roule maintenant sa bosse dans le Baseball majeur avec les Blue Jays de Toronto cette saison.

Au cours des dernières années, Kelly a vécu l’ivresse de deux championnats avec ces jeunes surdoués qui font maintenant partie du circuit Manfred. Après le sacre de 2017 avec les Blue Jays de Dunedin (A+), il a récidivé en 2018, cette fois au sein des Blue Jays du New Hampshire (AA).

Mieux encore, Kelly débarque sur l’avenue Gilles-Villeneuve avec l’espoir de sabrer le champagne pour une quatrième année de suite. En 2016, il avait également participé à la conquête des séries dans la Ligue automnale de l’Arizona avec les Solar Sox de Mesa.

Bref, c’est avec l’étiquette de champion qu’il endossera l’uniforme rouge et blanc des Oiseaux. «C’est certain que je m’en viens ici pour gagner encore!», sourit le colosse de 24 ans, originaire de la République dominicaine.

Pour cet ancien espoirs des Blue Jays, qui a passé sept saisons dans l’organisation torontoise, le rêve du baseball affilié est toujours bien en vie. Même celui des Ligues majeures.

«C’est certain qu’en voyant mes anciens coéquipiers jouer avec les Blue Jays cette saison, ça me prouve que je suis capable d’atteindre ce niveau. J’étais capable de jouer avec eux sans problème dans les dernières années. Alors c’est certain que je souhaite toujours aller les rejoindre», mentionne le redoutable frappeur qui a eu quelques contacts au cours de l’hiver avec les White Sox de Chicago et les Orioles de Baltimore, sans réussir à dénicher de contrat.

À peine arrivée au pays, Kelly se dit d’ailleurs déjà prêt à embarquer dans le feu de l’action. «Le baseball, c’est le même jeu, peu importe où on le joue. Ça fait longtemps que j’attends, j’ai hâte de jouer!», a indiqué le frappeur ambidextre.