Les murs de pneus du GP3R se retrouveront à Ottawa ce week-end lors des courses du Championnat Global Rallycross.

Le GP3R vient en aide à son compétiteur

Il y aura du rallycross au Canada ce week-end et pour la première fois, ce ne sera pas en Mauricie. Les voitures du Global Rallycross Championship rouleront sur le circuit temporaire d'Ottawa lors de la cinquième manche du calendrier. Il y aura tout de même un peu de Trois-Rivières dans la capitale fédérale.
La manche ottavienne se tiendra sur le site du Musée de l'aviation et de l'espace du Canada. Or, puisqu'il s'agit de la première année où se tient l'événement et que la piste est temporaire, les organisateurs n'avaient pas accès à suffisamment d'équipement pour construire le circuit, tel que des murets de béton ou encore de pneus. Plutôt que de tout acheter, ils ont préféré se tourner vers le GP3R pour demander s'il était possible de louer l'équipement en question.
La demande était quand même osée, puisque Trois-Rivières accueille une manche du Championnat mondial de rallycross FIA, l'autre championnat majeur sur la planète. Le Canada est le seul pays où les deux séries s'affrontent.
Le directeur général du GP3R Dominic Fugère s'est rapidement montré intéressé, mais a tout de même tenu à s'assurer qu'un tel pacte n'allait pas froisser la firme IMG, grande patronne du Mondial de rallycross.
«IMG était d'accord. Oui, nous sommes deux championnats de rallycross, mais nous ne sommes pas tant en compétition. Ce n'est pas nécessairement le même territoire, même si le GRC s'est rapproché en allant à Ottawa, et ce n'est pas les mêmes pilotes. On leur a fait un bon prix, et pour nous, ça allait avec notre calendrier. On est content parce que c'est la preuve que les investissements qu'on a faits pour le rallycross, ils payent.»
Non seulement l'équipement du GP3R va-t-il se retrouver à Ottawa ce week-end, mais les employés qui s'occupent du montage de la piste trifluvienne vont y occuper le même rôle. Fugère y voit une opportunité pour ses hommes de pratiquer leur art plus d'une fois par année, mais surtout, si tout se déroule bien et que le rallycross connaît du succès à Ottawa, une possibilité d'intéresser davantage de gens à la discipline.
«Je le fais parce que c'est bon pour faire connaître le sport du rallycross. On fait grossir la tarte, et on garde chacun notre part. Nous savons que nous avons le championnat le plus compétitif. Mais si ça permet d'exposer plus de monde au rallycross, j'en suis content. Et pour nos gars, ça leur permet de pratiquer et de continuer d'apprendre. C'est plaisant de voir qu'on devient une référence en rallycross en Amérique du Nord.»
Le GRC d'Ottawa a d'ailleurs offert une promotion aux bénévoles du GP3R, qui pourront assister à l'événement, transport inclus, pour 40 $.