Yohann Dessureault, le fils, et Jean-Sébastien Dessureault, le père, auront l’occasion de s’affronter dans un match de la Ligue de baseball majeur du Québec, le 24 juin à Shawinigan.

Le duel de rêve des Dessureault

TROIS-RIVIÈRES — Jean-Sébastien Dessureault aura droit à un cadeau de fête des Pères, en différé cette année. Et le retard de quelques jours en vaudra pleinement la peine.

Joueur de baseball de haut niveau depuis quelques dizaines d’années, le Trifluvien d’adoption verra un de ses plus grands rêves se concrétiser le 24 juin au Parc Optimiste de Shawinigan, alors qu’il affrontera son fils Yohann dans le cadre d’un match régulier de la Ligue de baseball majeur du Québec entre les Cascades de Shawinigan et l’Académie de baseball du Canada des moins de 16 ans.

Ce duel représentera du même coup le chant du cygne pour le paternel. Enfin, diront certains de ses coéquipiers plus taquins! Voilà déjà quelques années que Dessureault songe à accrocher son gant. Mais il clamait haut et fort qu’il ne prendrait pas sa retraite avant d’avoir eu le privilège de croiser le fer avec son fils aîné.

«Je disais ça et Yohann avait à peine un an ou deux. C’était très hypothétique. À l’époque, il s’amusait à lancer des cailloux dans l’eau. Je n’avais aucune idée s’il allait aimer le baseball ou encore s’il allait être bon. Et moi, j’étais déjà parmi les vieux de l’équipe. Je ne savais pas si j’allais encore jouer longtemps», rigole Dessureault, qui a joué son baseball junior avec les Aigles, avant d’endosser les uniformes du Dinec de Trois-Rivières, du Vertdure de Trois-Rivières, du Royal Lepage de Saint-Jérôme, du Cactus de Victoriaville et, enfin, des Cascades de Shawinigan dans la LBMQ.

L’un des meilleurs

Depuis les balbutiements de ce rêve, les années ont passé et son fils Yohann s’est imposé comme l’un des meilleurs joueurs de son groupe d’âge au Québec. Puis, la prophétie s’est concrétisée lorsque l’Académie de baseball du Canada a annoncé qu’elle affronterait chacune des équipes de la LBMQ cet été.

Bien qu’il ne soit pas officiellement membre des Cascades cette saison, le vétéran de 47 ans grimpera sur la butte le 24 juin dans l’uniforme shawiniganais pour se mesurer aux meilleurs espoirs de l’ABC U16, un groupe sélect dont fait partie son fils. Il aura droit à un contrat d’un jour, gracieuseté du DG Eraklis Tzavellas et de l’entraîneur Matthew Rusch. Le match sera doublement spécial puisque l’entraîneur des surdoués québécois, Robert Fatal, a aussi prévu offrir le départ à Yohann.

«Je suis vraiment reconnaissant envers Eraklis, Matthew et Robert de nous permettre de vivre ça. Ils savent ce que ça représente. Ils ont tout de suite accepté», lance le Victoriavillois d’origine.

«Je vais être émotif, c’est certain. Le moment où ça risque de venir me chercher, c’est quand ça va être le temps de quitter le match. Juste d’en parler et d’y penser, les émotions remontent déjà à la surface.»

«Pas de cadeaux!»

L’un des moments les plus particuliers sera assurément la première confrontation entre les deux Dessureault. Et n’allez pas penser qu’ils vont se faire des cadeaux sur le terrain. Chacun voudra remporter le duel familial! «Ça va vraiment être spécial. Il me lance la balle depuis que j’ai trois ans. Quand on fait ça pour me pratiquer, il veut que je réussisse et que je frappe la balle fort et loin. Mais quand je vais être au bâton dans le match, je suis pas mal sûr qu’il ne voudra pas que je touche à ses lancers», sourit Yohann, qui espère faire le saut dans la NCAA à l’automne 2020.

«On ne se fera pas de cadeaux!, renchérit le paternel. La belle chose là-dedans, c’est que peu importe ce qui va arriver, ça va être plaisant. Je ne lui donnerai pas la balle, mais s’il réussit à frapper un double dans l’allée, je vais être content pour lui. Et à l’inverse, je suis convaincu qu’il ne voudra pas que je touche à ses lancers. S’il me retire sur trois prises, je lui lèverai mon chapeau.»

Le 24 juin, Jean-Sébastien, 47 ans, et Yohann, 17 ans, seront donc d’office au monticule pour lancer les hostilités. Ils n’ont toutefois aucune idée de quelle sera la durée de leur journée magique. Car, comme le paternel se plaît à le rappeler, les Cascades ont aussi un match de saison régulière à gagner ce jour-là.

«Je commence, mais je ne sais pas combien de temps ça va durer. Les jeunes sont très forts, alors je vais essayer de faire la première manche. Ça demeure une ligue de compétition et il n’y a pas de match que les Cascades peuvent se permettre d’échapper, explique-t-il. Si jamais ça ne va pas bien et que c’est un désastre après trois ou quatre frappeurs, ils en amèneront un autre. Je vais très bien comprendre la situation et je ne vais pas m’accrocher. Et si ça va bien, tant mieux!»

À deux retraits d’un exploit

Quant à Yohann, il a déjà prouvé qu’il pouvait tenir son bout dans cette ligue, plus tôt cette saison. Le 22 mai, il a brillé dans une défaite de 1-0 face aux Brewers de Montréal, après être passé à deux retraits d’un match sans point ni coup sûr. «C’est exactement ma meilleure performance dans cette ligue. J’étais aussi passé à deux retraits de cet exploit. Sauf que lui, il l’a fait à son premier match dans la LBMQ...», note son père.

Les émotions seront assurément à fleur de peau pour cette rencontre. Particulièrement pour Jean-Sébastien qui mettra du même coup un terme à sa carrière... À moins que l’occasion se présente pour affronter un jour son plus jeune, Esteban, qui fait présentement ses classes dans le pee-wee AA! «Je suis encore en forme, mais on parle ici d’une différence de cinq ans. Alors, on verra...»

Les Cascades de Shawinigan et l’Académie de baseball du Canada s’affronteront le 24 juin à 14 h au Parc Optimiste.