Kurt Wittmer, Nick Wittmer et Patrik Wittmer font équipe ce week-end.

Le dernier des Wittmer enfin au GP3R!

TROIS-RIVIÈRES — La famille Wittmer, c’est 25 championnats en autant d’années. C’est aussi 45 participations au GP3R, la plus récente étant celle de Kurt, le petit dernier d’une longue lignée, actuel meneur au classement de la série Super Production Challenge.

«J’ai de la pression, presque tous mes frères ont gagné ici à leur première présence. Je ne suis pas tant nerveux, sauf que je ne prendrai pas cette piste à la légère», indique le sympathique athlète de 28 ans, qui se trouve à être le jumeau de Karl.

Il a deux autres frères: Nick et Kuno. Ce dernier évolue dans le championnat nord-américain d’endurance IMSA. Nick et Karl sont en World Challenge aux États-Unis.

Leur père, Patrik, a couru dans les rues de Trois-Rivières en série Challenge Honda-Goodrich. Il s’était imposé en 1978 devant Richard Spénard. Son frère René, l’oncle des quatre frères, prenait aussi part aux compétitions. Patrik Wittmer est un homme d’affaires dans la grande région de Montréal.

«Ça faisait longtemps que nous n’étions pas venus ici en famille, la dernière fois remonte à 2015, car le calendrier de Pirelli World Challenge entrait en conflit d’horaire avec le Grand Prix. Il y avait toujours une course en Utah», précise le paternel, qui épaulera Kurt en fin de semaine. Nick est aussi de la partie en tant que chef d’équipe.

«Je suis content de pouvoir enfin rouler ici, c’est une piste qui est une icône dans le sport automobile. Si je gagne une des trois courses du week-end et que je termine le plus souvent possible sur le podium, je vais améliorer mes chances de décrocher le championnat», enchaîne Kurt, qui a commencé la course automobile il y a quatre ans.

«Un peu sur le tard, surtout si vous comparez à mes frères. J’ai longtemps fait des courses de motos, mais ma mère aimait plus ou moins ça. Encore aujourd’hui, elle ne regarde jamais les départs!»

Kurt Wittmer partira de la première position, samedi matin à 9h, lors de la première course de la journée. Les pilotes retourneront en piste en après-midi, à 15h10, puis dimanche à 9h05. Après ces trois épreuves, il ne restera qu’une manche à disputer au championnat, celle du circuit ICAR à Mirabel.

«C’est un endroit que je connais bien et où j’ai du succès alors si je m’en tire bien au GP3R, ce sera de bon augure pour la suite. Mais je ne tiens rien pour acquis!»

Wittmer espère aussi que les spectateurs apprécieront le spectacle. En 1967, c’est l’ancêtre de la Super Production Challenge qui avait offert son Grand Prix inaugural aux amateurs de Trois-Rivières.

«Ce ne sont pas les plus gros moteurs et nos règlements sont assez flexibles. Il n’y aura pas d’écarts de cinq secondes dans le peloton, je crois que les gens vont aimer», prévoit Wittmer.