Le Trifluvien Raphaël Gladu amorcera une nouvelle étape de son parcours professionnel à compter de jeudi, avec les Fireflies de Columbia, club-école de niveau A des Mets de New York.

Le début d’un nouveau chapitre

TROIS-RIVIÈRES — Avant même le début de la saison régulière, Raphaël Gladu a déjà atteint un premier objectif.

Pour son premier camp d’entraînement dans l’organisation des Mets de New York, le voltigeur trifluvien espérait se tailler une place avec les Fireflies de Columbia, le club-école de niveau A de l’équipe qui l’a repêché l’été dernier. Après plusieurs semaines sous le regard des décideurs des Mets, le produit des Aigles de Trois-Rivières a enfin été fixé, il y a quelques jours. En jetant un coup d’œil sur la feuille affichée dans le vestiaire, il a vu son nom inscrit sur l’alignement des Fireflies.

«Je suis vraiment content! C’est le niveau où je voulais jouer cette année pour poursuivre ma progression!», mentionne Gladu qui entamera ce nouveau chapitre de son parcours professionnel, jeudi soir face aux GreenJackets d’Augusta, club-école des Giants de San Francisco.

Avant ce baptême avec les Fireflies, Gladu s’installera d’abord dans nouvel appartement de Columbia, en Caroline du Nord, qu’il partagera avec ses coéquipiers Jeremy Vasquez et Gio Alfonzo.

Sous les ordres du gérant Pedro Lopez, l’ancien des Bulldogs de l’Université Louisiana Tech retrouvera plusieurs joueurs avec qui il a évolué l’été dernier dans la Ligue des recrues au sein des Mets de Kingsport, en plus de l’entraîneur des frappeurs, Ender Chavez.

Par ailleurs, deux des 30 meilleurs espoirs des Mets entameront l’année avec les Fireflies, soit le lanceur Anthony Kay (16e) et le voltigeur Quinn Brodey (29e).

Une longue saison
Après un séjour de 36 matchs dans la Ligue des recrues en 2017, la charge de travail s’annonce considérablement plus lourde en 2018, avec un calendrier de 140 matchs!

«Les entraîneurs s’attendent à ce que je performe au bâton, que je poursuive sur ce que je faisais au camp d’entraînement. Ils m’ont dit que je devrais jouer de cinq à six matchs par semaine, dans le champ centre et le champ droit», souligne le choix de 16e ronde.

Avant même le premier lancer de la saison, Gladu se dit impressionné par la qualité des installations.

Le Spirit Communications Park peut accueillir jusqu’à 10 000 spectateurs. Installés à Columbia depuis 2016, les Fireflies ont attiré en moyenne près de 5000 personnes par match l’été dernier.

«Le stade est vraiment très impressionnant. C’est certain que la présence de Tim Tebow a aidé à attirer des gens l’an passé, mais l’équipe est très populaire ici.»