Les représentantes du fleurdelisé n’ont pas joué un vilain match, mais elles ont raté quelques coups qui ont permis à leurs adversaires de voler de précieux points.

Le conte de fées s'arrête en finale

SHAWINIGAN — C’est un sport d’erreurs et de millimètres. L’écart entre une médaille d’or et celle d’argent est minime.

La Nouvelle-Écosse, misant sur deux tenantes du titre mondial de 2016, a joué une partie presque sans tache, en route vers une victoire de 5-3 sur le Québec, dimanche au Championnat canadien de curling junior.

L’expérience et le sang-froid des Néo-Écossaises auront fait la différence en finale, malgré une excellente foule vendue à la cause du Québec, sur la glace centrale de l’Aréna de Grand-Mère.

Les représentantes du fleurdelisé n’ont pas joué un vilain match, mais elles ont raté quelques coups qui ont permis à leurs adversaires de voler de précieux points.

Au huitième bout, les joueuses des Maritimes ont pris un point à la suite d’un frappé roulé de Kristin Clarke. De 4-2, l’avance des futures championnes est passée à 5-2. Le Québec s’est contenté d’un point au neuvième bout, avant de manquer de pierres au dixième.

Une cruelle défaite, donc, qui n’efface pas le superbe parcours de Laurie St-Georges et sa bande. Après tout, elles n’étaient qu’à trois points de représenter le Canada au Mondial junior, au mois de mars en Écosse.

«Nous avons manqué des coups importants»

«Nous sommes deuxièmes au pays, on a atteint la ronde des médailles. Nous avons manqué des coups importants mais attention, nous serons de retour l’an prochain», a prévenu la jeune femme de 20 ans, du Club de curling Laval-sur-le-Lac, entre deux accolades avec ses coéquipières en larmes.

«Il y a un peu de papa déçu parce que mes filles sont tristes, mais comme m’a déjà dit un vieux sage, que tu gagnes ou que tu perdes, elles vont pleurer», observait l’entraîneur Michel St-Georges, plus que satisfait de l’effort collectif.

«On a eu droit à des coups fantastiques. Elles seront prêtes pour les autres championnats. Je suis fier d’elles. Ce fut une belle célébration du curling junior. Bravo aux gens de Shawinigan.»

Une victoire d’équipe

St-Georges et les siennes avaient eu le dessus pendant la ronde préliminaire contre Kaitlyn Jones de la Nouvelle-Écosse. Jones et son groupe ont certainement pris des notes puisque dimanche, elles ont commis très peu d’erreurs.

«On finit sur une défaite, mais c’est une victoire d’équipe cette semaine, poursuivait la capitaine St-Georges. Nous avons
profité de tous les moments passés ici.»

Dans la nuit de vendredi à samedi, St-Georges a fait un mauvais rêve: les filles perdaient la demi-finale du samedi devant le Nouveau-Brunswick. Ce n’était qu’un cauchemar puisque quelques heures plus tard, elles l’emportaient 9-3 pour obtenir le privilège de disputer l’ultime partie du tournoi.

«Ça résume bien la semaine! Nous étions comme dans un rêve, avec les encouragements de la foule c’était encore mieux. On va s’en souvenir longtemps, même si nous aurions aimé gagner l’or.»

Le Québec participait à la finale féminine chez les juniors pour la première fois depuis 2004. Le Nouveau-Brunswick a fini troisième.

Et maintenant, les Cœurs Scotties

À peine remise de ses émotions de Shawinigan 2018, Isabelle Thiboutot se prépare à représenter le Québec au Tournoi des Coeurs Scotties, la semaine prochaine en Colombie-Britannique.

À l’instar du championnat junior, Thiboutot agira comme remplaçante pour Équipe Québec dans l’Ouest canadien.

Une blessure subie par Noémie Gauthier lui avait ouvert la porte pour intégrer le quatuor de Laurie St-Georges à l’Aréna de Grand-Mère, elle qui ne s’attendait pas à jouer autant lors de la dernière semaine!

«Je suis prête à toute éventualité, souriait la jeune femme, au terme de la finale, dimanche. J’espère porter chance aux filles là-bas et, qui sait, peut-être ramener une autre médaille.»

Isabelle Thiboutot n’en revenait pas des encouragements et de l’amour témoignés par la foule mauricienne. 

«Une incroyable atmosphère, nous n’aurions pas pu demander mieux.»

Les filles leur ont bien rendu ces émotions, malgré la défaite crève-cœur.