Simon Kean a perdu près de 10 livres depuis son dernier combat, signe que son camp d’entraînement a été exigeant.

Le client parfait pour dissiper les doutes

Nous y sommes. Enfin!

Après une joute verbale de plus d’un an, les deux géants vont laisser parler leurs poings samedi. Dans les derniers jours, ils ont résisté à la tentation de transformer les événements médiatiques en cirque. Camille Estephan a pu pousser un soupir de soulagement vendredi après-midi, Simon Kean et Adam Braidwood ont capté son message en début de semaine de s’en tenir aux paroles s’ils ne voulaient pas risquer une blessure qui aurait mis en péril leur chèque de paie samedi!

Plus rien ne peut maintenant mettre en danger ce duel attendu d’un océan à l’autre. Près de 5000 personnes seront dans le Centre Gervais Auto. Et ils ne devraient être pas déçus du spectacle, avec deux mastodontes taillés au couteau qui vont vouloir s’arracher la tête.

Bien sûr, toute la pression est sur Kean, le favori local. C’est un olympien, Camille Estephan le présente comme un futur Vitali Klitchsko. Kean est sur la même longueur d’onde que son patron. Et, pour tout vous dire, Kean et son entourage croient que Braidwood n’a pas d’affaire sur le même ring.

«S’il ne bat pas Braidwood, il est bien mieux de retourner sur les toits! Il va y faire plus d’argent que dans la boxe»

Cette remarque vient directement de la garde rapprochée du Trifluvien, et fait référence au métier de couvreur de l’athlète à la fiche immaculée. Si on reconnaît la force de caractère du Bogeyman, le clan Kean crache sur ses habiletés de boxe et croit que le fossé sera très large entre les deux boxeurs quand la cloche va sonner.

En plus de se battre devant son public, Kean aura l’avantage de la surface de jeu. Camille Estephan a appris sa leçon quand Billy Joe Saunders s’est moqué de David Lemieux dans un ring olympique en décembre dernier. Cette fois, il s’est assuré que le terrain de jeu soit à l’avantage de son poulain. Sur un ring de 20 par 20 pieds, le plus grand permis en boxe, Kean pourra maximiser sa mobilité. Le clan Braidwood n’avait rien exigé de ce côté et Estephan a donc gâté son cheval! Les visiteurs reconnaissaient cette semaine qu’ils auraient préféré un ring plus petit…

En mission
Ne comptez quand même pas Braidwood battu d’avance. Ce type a faim. Il revient de loin, très loin. Malgré son palmarès, il n’a toujours pas de chez-lui, il crèche chez un ami. Pendant ce temps, il a suivi Kean sur les réseaux sociaux ces derniers mois, il l’a vu prendre ses vacances dans le Sud, conduire un 4X4, faire le plein de commanditaires.

Il sait que tout ça sera à sa portée s’il cause une surprise samedi. C’est clair qu’il va tout donner. Impossible aussi de nier qu’il a de la puissance à revendre. Il y a un an, il a tué un type sur le ring. Avant ça, face à Éric Martel, il était probablement en train de perdre aux points quand il a brisé la confiance de son rival avec ses coups de marteau…

Braidwood n’a rien à perdre. Ce combat, il le doit d’abord et avant tout à sa grande gueule et à son habileté à surfer sur les réseaux sociaux. Bienvenue en 2018! Maintenant, c’est un type intelligent, il sait qu’à la boxe, il va arriver deuxième. Il doit donc provoquer une bagarre de rue en touchant Kean dans les premières minutes du duel.

Tant mieux si ça se produit. Car ça va permettre à Kean de mettre en valeur son cœur de Grizzly. Il n’obtient pas la reconnaissance qu’il mérite, Kean. Les fans aimeraient le voir plus hargneux, un peu moins calculateur sur le ring. C’est compréhensible. En même temps, si vous vous mettez dans ses souliers, le meilleur plan de carrière en boxe, c’est de se faire frapper le moins souvent possible.

Vient un temps par contre où la bagarre devient impossible à éviter. Braidwood devrait lui offrir cette adversité samedi. Ce sera alors à Kean de montrer que son côté bagarreur est prêt à ressortir si le besoin est là. Une victoire est essentielle à la poursuite de ses rêves. Une victoire spectaculaire, après avoir testé son courage, lui permettrait en plus de devenir le meilleur vendeur de billets au Québec.

Oui, Kean joue gros samedi. Ça fait des lunes qu’il prétend que Braidwood n’appartient pas à la même classe que lui. C’est l’heure de montrer que les bottines peuvent suivre les babines.

Prédiction: victoire de Simon Kean par K.-O. au 6e round.