Avec 46 buts en deux saisons, le capitaine Cédric Desruisseaux s'est hissé au quatrième rang de l'histoire des Estacades à ce chapitre.

Le chemin s'ouvre devant les Estacades

Sans même disputer un seul match de séries éliminatoires, la route s'est considérablement ouverte devant les Estacades de Trois-Rivières dans leur objectif de soulever la coupe Jimmy-Ferrari pour une première fois en 23 ans d'histoire.
Profitant d'un laissez-passer en première ronde, grâce à leur victoire au Challenge CCM plus tôt cette saison, les équipiers de Frédéric Lavoie ont vu quelques grosses pointures du réseau midget AAA tomber au combat dès le tour initial.
Parmi les victimes, on retrouve les Patriotes de Saint-Eustache, deuxièmes favoris, les Albatros du Collège Notre-Dame, quatrièmes favoris, les Cantonniers de Magog, cinquièmes favoris, le Phénix du Collège Esther-Blondin, sixième favori, et les Lions du Lac-St-Louis, septièmes favoris. Ce sont donc cinq des sept premières têtes de séries qui ont rendu les armes.
Au départ répertorié huitièmes, les Estacades se sont donc hissés au troisième échelon à l'aube des quarts de finale, à la suite de ce revirement de situation. Ainsi, c'est avec l'avantage de la glace que les Estacades vont entamer leur parcours éliminatoire, dès vendredi soir au Complexe sportif Alphonse-Desjardins (19 h), en recevant les Gaulois d'Antoine-Girouard pour le premier match d'une série trois de cinq.
«C'est surprenant. Habituellement, on recense une surprise en première ronde. Parfois deux. Mais cinq dans une même année, c'est du jamais vu. On ne peut pas avoir plus la preuve que tout le monde peut battre tout le monde dans la ligue», indique Frédéric Lavoie.
Même si sa bande a signé deux jeux blancs en autant de sorties contre les Maskoutains, l'entraîneur des Estacades a prévenu son groupe sur les dangers de se baser sur les résultats du calendrier régulier.
«Ils ont éliminé Magog, une équipe qui avait une structure défensive semblable à la nôtre. S'ils ont réussi à marquer contre eux, ils peuvent le faire contre n'importe qui», ajoute l'entraîneur dont l'équipe a affiché le meilleur rendement défensif du circuit Baillargé.
Le capitaine Cédric Desruisseaux n'a d'ailleurs pas l'intention que le message de son entraîneur sombre dans l'oubli. «La pire erreur qu'on peut faire, c'est de les prendre à la légère. Les Gaulois viennent de battre une équipe du top 5 alors ils vont amorcer la série en confiance», indique celui qui a enfilé 30 buts cette saison, devenant du même coup le huitième joueur de l'histoire des Estacades à atteindre ce plateau.
Même si le chemin s'est quelque peu dégagé, Frédéric Lavoie rappelle que son équipe a terminé au huitième rang du circuit midget AAA. D'ailleurs, c'est avec une mentalité d'équipe négligée que son groupe abordera le défi des séries.
«On était 12e au classement quand on a gagné le Challenge CCM. Alors on s'est placé dans l'état d'esprit d'un underdog pour nos séries. Mais en même temps, on croit en nos chances de gagner.»
Au cours de leurs 22 premières années d'existence, les Estacades n'ont jamais raflé les grands honneurs. Au printemps 2009, ils étaient passés bien près en participant à la finale, la seule de leur histoire. Les Trifluviens s'étaient alors inclinés en cinq matchs face au Rousseau Sports de Laval-Bourassa.
Pour le capitaine Desruisseaux, qui devrait en principe faire le saut avec les Tigres de Victoriaville la saison prochaine, l'attrait d'une coupe Jimmy-Ferrari décuple la motivation.
«De voir plusieurs bonnes équipes se faire éliminer, ça donne espoir. Mais on doit se rappeler que les équipes qui restent sont encore là pour une raison. On veut se rendre le plus loin possible et c'est certain qu'un championnat, ce serait le top!»