Le défenseur Jakub Jerabek se porte à la rescousse de son gardien Antti Niemi, qui a bien fait à son premier départ avec le Canadien.

Le CH récolte un point grâce à la défensive

NASHVILLE — La défensive du Canadien lui a permis d’obtenir un point, mais l’offensive est restée au neutre et la formation montréalaise a encaissé une cinquième défaite d’affilée, un revers de 3-2 en fusillade face aux Predators de Nashville.

Le gardien Antti Niemi effectuait un premier départ dans l’uniforme bleu-blanc-rouge, tandis que le défenseur Jakub Jerabek avait été rappelé du Rocket de Laval pour disputer un premier match dans la LNH. Ils ont été impuissants face aux insuccès offensifs du Canadien, qui a inscrit seulement 15 buts à ses neuf derniers matchs, dont seulement trois à ses trois dernières sorties.

Les buts du Canadien (8-12-3) sont venus de défenseurs Jordie Benn et Joe Morrow, ce dernier avec 56 secondes à faire en temps réglementaire. Cependant, les canons offensifs du Tricolore sont restés discrets. 

«Même s’ils n’ont pas marqué, ils ont généré des occasions de marquer», a dit Claude Julien, au sujet du trio de Jonathan Drouin, Max Pacioretty et Alex Galchenyuk. «Ils ont mieux travaillé que la veille», a ajouté l’entraîneur-chef du Canadien en faisant allusion à la défaite de 3-1 face aux Stars, à Dallas.

Malgré sa ronflante moyenne de buts alloués de 6,67 et son taux d’efficacité de ,820 avant la rencontre, Niemi a bien fait à son premier départ avec une troisième équipe différente cette saison (Penguins de Pittsburgh et les Panthers de la Floride). Il a effectué 31 arrêts avant la fusillade. À l’autre bout de la patinoire, Rinne a repoussé 27 lancers

«Il a été très bon ce soir», a dit Julien au sujet de Niemi. «Il a réussi de gros arrêts. C’était bon d’avoir un gardien reposé pour nous donner une chance de gagner. On avait besoin d’une certaine énergie ce soir et il l’a procurée pour nous devant le filet.»

Le Canadien aurait pu ouvrir la marque tôt dans le match quand il a obtenu 65 secondes de jeu à 5-contre-3. Rinne a stoppé une déviation de Max Pacioretty à la suite d’une belle remise de Jonathan Drouin, mais les visiteurs ont été plutôt inefficaces pendant cet avantage numérique de deux joueurs.

Benn a permis au Tricolore d’ouvrir le pointage à 12:47, quand il a profité de beaucoup d’espace dans l’enclave et a surpris Rinne du côté du bâton.

Subban motivé

P.K. Subban était visiblement très motivé pour son deuxième match contre son ancienne formation. Lors de la première période seulement, il a distribué cinq mises en échec. Il a aussi permis aux siens de niveler les chances avant de retraiter au vestiaire, en avantage numérique avec moins de deux secondes à écouler au cadran.

Subban y est allé d’une belle montée et a contourné Pacioretty en entrée de zone avant de tenter une passe transversale. La rondelle a échappé aux défenseurs Jordie Benn et Brandon Davidson pour aboutir sur la lame du bâton de Ryan Johansen. Ce dernier a ensuite rejoint à contre-courant dans l’enclave Filip Forsberg , qui s’y est pris à deux reprises pour pousser le disque dans un filet ouvert.

Forsberg a donné les devants aux Predators après 3:16 de jeu en troisième période, encore une fois en avantage numérique. Les deux gardiens ont été solides par la suite et ce sont deux petites erreurs des Predators qui ont permis au Canadien de forcer la présentation d’un bris d’égalité.

Viktor Arvidsson a d’abord raté un filet désert après que Niemi eut été remplacé par un attaquant supplémentaire. Le défenseur Roman Josi a ensuite vu son dégagement être bloqué à la ligne bleue des locaux par Morrow. Le tir du défenseur s’est faufilé à travers la circulation et a surpris Rinne. Turris a finalement sauvé ses coéquipiers en fusillade.

+

LES CINQ MOMENTS DU MATCH

Une occasion en or

Le Canadien a obtenu une belle occasion de rapidement prendre les commandes de la rencontre, alors qu’il s’est retrouvé en avantage numérique de deux hommes pendant 65 secondes, après moins de deux minutes de jeu. Le gardien des Predators Pekka Rinne a été défié une seule fois, quand Jonathan Drouin a rejoint Max Pacioretty à l’embouchure du filet. Rinne a toutefois été vigilant et a complété son déplacement à temps pour stopper la déviation de Pacioretty avec sa jambière. Le Canadien a finalement ouvert la marque avec 7:13 à faire au premier vingt, gracieuseté de Jordie Benn.

Quand P.K. s’en mêle

Le défenseur des Predators P.K. Subban était visiblement très motivé pour son deuxième match contre son ancienne formation. Lors de la première période seulement, il a distribué cinq mises en échec. Il a aussi permis aux siens de niveler les chances avant de retraiter au vestiaire, en avantage numérique avec moins de deux secondes à écouler au cadran. Subban y est allé d’une belle montée et a contourné Max Pacioretty en entrée de zone avant de tenter une passe transversale. La rondelle a échappé aux défenseurs Jordie Benn et Brandon Davidson pour aboutir sur la lame du bâton de Ryan Johansen. Ce dernier a ensuite rejoint Filip Forsberg à contre-courant dans l’enclave. Forsberg s’y est pris à deux reprises pour pousser le disque dans un filet ouvert, alors que le gardien Antti Niemi s’était compromis sur la passe initiale de Subban à Johansen.

La gaffe de Davidson

Il a fallu attendre la troisième période avant de voir un autre but - un deuxième en avantage numérique pour Filip Forsberg. Le défenseur du Canadien Brandon Davidson a été incapable de maîtriser le dégagement des Predators derrière le filet de son gardien Antti Niemi. Craig Smith a ensuite gagné la bataille derrière le filet et a rejoint Forsberg, fin seul dans l’enclave. Forsberg a décoché un bon tir des poignets du côté de la mitaine, ne laissant aucune chance à Niemi.

Morrow prolonge le débat

L’attaquant des Predators Viktor Arvidsson s’en voudra. Après que le Canadien eut remplacé le gardien Antti Niemi par un attaquant supplémentaire, Arvidsson a raté la cage abandonnée du Tricolore avec 1:19 à faire. Seulement 23 secondes plus tard, le défenseur du Canadien Joe Morrow a ramené tout le monde à la case départ. Morrow a coupé le dégagement de Roman Josi à la ligne bleue des Predators, puis son tir a surpris le gardien Pekka Rinne. Ce dernier semblait avoir la vue voilée par deux de ses coéquipiers.

Turris tranche

Antti Niemi a gardé le Canadien dans le coup pendant de longs moments en troisième période et en prolongation. Lors de la fusillade, il a d’abord frustré Kevin Fiala et Filip Forsberg avant d’être battu entre les jambières par Kyle Turris. À l’autre bout de la patinoire, Pekka Rinne a d’abord vu Paul Byron atteindre le poteau. Rinne a ensuite sorti la mitaine contre Jonathan Drouin. Devant marquer pour prolonger le débat, le capitaine du Canadien Max Pacioretty a tenté de battre Rinne d’un tir bas du côté du bâton. Rinne a toutefois réussi l’arrêt avec la jambière droite.

+

WEBER A RATÉ SON RENDEZ-VOUS AVEC LES PREDS

Shea Weber

Un match du Canadien à Nashville sans Shea Weber? C’est le scénario auquel on a assisté mercredi soir. Une situation décevante pour le Canadien, qui avait cruellement besoin de son meilleur défenseur, et pour Nashville, qui n’a pas eu l’occasion de revoir son ancien capitaine.

Weber a rencontré les thérapeutes mercredi pour évaluer sa blessure au bas du corps. Ce qu’on sait : ce n’est pas la même blessure que celle qui l’a fait rater le match face au Wild. Le malaise l’embête depuis un moment déjà, et il n’a pas été question de chirurgie pour l’instant.

Weber s’est entraîné en matinée, mais sa blessure au bas du corps exige encore du repos. «On a une meilleure chance de le voir en santé en lui donnant ce match-ci de congé» a dit Claude Julien tout juste avant le match contre les Predators.

Le fait d’être à Nashville aurait-il pu l’inciter à jouer malgré la blessure? Avant même sa rencontre avec les thérapeutes, Weber avait été très clair : «J’ai essayé de jouer hier [mardi]. C’est un moment important pour l’équipe, pour redresser la barque. Je veux contribuer. Ici ou ailleurs, ça ne change rien. Je voudrais revenir n’importe quel soir. Je n’hésite pas à jouer malgré la douleur, mais ça ne doit pas altérer mon jeu.»

Car il est là le problème. Chaque joueur de hockey a un haut taux de tolérance à la souffrance, mais Weber juge que dans son état, il n’est pas aussi efficace qu’il doit l’être. «On doit prendre la meilleure décision pour l’équipe.»

Informé de la possibilité que son duel contre Weber n’aurait peut-être pas lieu, P.K. Subban avait reconnu que la situation était décevante pour le Canadien et pour les partisans. Puis, il s’était permis un mot d’humour.  «Tu ne veux voir personne se blesser. J’espère qu’il sera de retour bientôt, juste pas contre nous.»

Mete laissé de côté

Le jeune défenseur Victor Mete a accompagné Weber sur la galerie de presse. Dans son cas, Julien a décidé de lui donner une journée de congé. «Ne partons pas en peur, il manque un match. On va le revoir dans la formation.»

Pas question donc de le renvoyer dans la Ligue de l’Ontario pour l’instant. Julien juge que lui donner un match de congé pourrait lui être bénéfique. «Au camp, il était très confiant. Je veux qu’il regagne cette confiance. On le voit jouer sur les talons dernièrement. Je veux qu’il reprenne sa confiance en regardant d’en haut ce qui peut se dérouler sur la patinoire.»

C’est Jakub Jerabek qui a pris la place de Mete dans l’alignement. Rappelé mercredi matin du Rocket de Laval, Jerabek, il jouait un premier régulier dans la LNH.

Dans la Ligue américaine de hockey, le Tchèque de 26 ans a inscrit un but et récolté 10 passes en 17 matchs tout en affichant un différentiel de + 10. Il vient au deuxième rang des pointeurs chez les défenseurs de son équipe, et au 10e à travers la ligue.  La Presse 

+

SUBBAN LOUANGE LE JEUNE GIRARD

P.K. Subban a profité de la présence des journalistes québécois pour rendre hommage à Samuel Girard. Il a côtoyé le Québécois de 19 ans durant quelques semaines avant qu’il se retrouve au Colorado dans la transaction qui a amené Kyle Turris à Nashville. «J’ai pu rencontrer sa blonde, ses parents. Ils étaient de grands partisans du Canadien et de P.K. aussi. C’est un bon jeune, il a un bel avenir. C’était dur de le voir partir, car il peut tellement donner. Il aura une belle opportunité au Colorado. Ils savent ce qu’ils ont obtenu.» Selon Subban, les Predators sont en train de trouver leur rythme de croisière après un début de saison en demi-teinte. «Personne ne veut être à son mieux les 20 premiers matchs. On a plusieurs nouveaux joueurs qui apprennent le système. Il y a une courbe d’apprentissage, mais on sait ce qu’on peut accomplir comme équipe. Notre jeu s’est amélioré au cours des 10 derniers matchs.»  La Presse

GAUDREAU EN PLEINE FORME

Frédérick Gaudreau

Le Québécois Frédérick Gaudreau était en uniforme pour affronter le Canadien, l’équipe de son enfance. L’attaquant de 24 ans a pivoté le quatrième trio complété par Miikka Salomaki et Pontus Aberg. «C’est sûr que c’est spécial. Tout le Québec, tous mes amis vont pouvoir voir le match, mais c’est juste un autre match pour moi. Je ne veux pas me compliquer la vie. Je dois faire mes petites affaires», a indiqué le natif de Bromont. «Il est intelligent», a dit l’entraîneur-chef Peter Laviolette avant le match. «Il peut jouer n’importe où, sur n’importe quel trio. Si on doit prendre une mise au jeu, jouer en désavantage numérique, il peut le faire. Il peut marquer parfois. Il veut faire sa place et il fait tout comme il le faut.»  La Presse